Bienvenue sur le Blog d'Historine

Historine, rassemble chaque vendredi soir de 20 heures à minuit et un week-end par mois (les Rencontres Belliludistes Bordelaises) de 10 heures à minuit à Floirac (banlieue de Bordeaux) des passionnés de jeux d'Histoire, de stratégie et autres jeux de rôles où toute période est discutée et recréée : Antique, Médiéval, Renaissance, Guerre de Sécession, napoléonien, Seconde Guerre Mondiale... le choix est vaste !

Nous organisons également différents tournois nationaux (Flames of War, Fields of Glory, Twilight Struggle, DBA), suivez ce blog pour vous tenir au courant!

Pour nous joindre, vous pouvez utiliser cette adresse mail : bordeaux.historine(@)free.fr ou nous rejoindre sur notre forum

Bon jeu.

Retrouvez nous tous les vendredis soirs!

mercredi 28 octobre 2009

Les Forteresses Templières (1)

Historine aujourd'hui s'intèresse aux différentes forterresses Templières dressent fièrement leurs tours et leurs murs sur bien des collines, tant au Moyen Orient qu'en Europe ...

Voici un petit bout d'Histoire et un peu géographie !!

Bonne lecture.

Forteresses templières :

En orient :
Pour pallier la faiblesse de leurs effectifs, les croisés entreprirent la construction de forteresses dans les États latins d'Orient. Les Templiers ont participé à cet élan en faisant édifier pour leur besoin de nouveaux châteaux forts.


Ils entreprirent également de reconstruire ceux qui avaient été détruits par Saladin vers 1187 et acceptèrent d'occuper ceux que les seigneurs d'Orient (ou d'Espagne) leur donnaient faute de pouvoir les entretenir. Certains d'entre eux permettaient de sécuriser les routes fréquentées par les pèlerins chrétiens autour de Jérusalem. Servant d'établissement à la fois militaire, économique et politique de l'ordre, la place forte représentait pour les populations musulmanes un centre de domination chrétienne. Les Templiers occupèrent un nombre plus important de places fortes dans la péninsule ibérique afin de participer à la Reconquista.


Au XIIe siècle, après la chute de la ville de Jérusalem devant les forces de Saladin en 1187, les Templiers parvinrent à résister quelques mois dans certaines de leurs places fortes mais, peu à peu, en perdirent la plus grande partie.


Il fallut attendre l'issue de la troisième croisade, menée par les rois de France, d'Angleterre et l'empereur d'Allemagne, pour que les Templiers reconstituassent leur dispositif militaire en Terre sainte.

Au XIIIe siècle, dans le royaume de Jérusalem, les Templiers possédaient quatre forteresses :
le château Pèlerin construit en 1217-1218, la forteresse de Safed reconstruite en 1240-1243, le château de Sidon et la forteresse de Beaufort tous deux cédés par Julien, seigneur de Sidon en 1260.


Le château de Beaufort, appellé aussi Qalaat ash-Shqif en arabe (le château du haut du rocher), a été construit en 1139 par les croisés après la première croisade. On sait que les croisés y possédaient, en plus des forces armées, un tribunal, ce qui permet de conclure que le fort devait servir de centre administratif pour toute la région. Lors des avancées militaires du chef mamelouke, Baïbars, dans les années 1266-1268, le fort fut repris par les musulmans. C’est le 15 avril 1268 que les templiers perdirent le château.


Dans le comté de Tripoli, ils disposaient du château de Tortose reconstruit en 1212, d'Arima et du Chastel Blanc.

Tortose

Le Chastel Blanc couronne une éminence qui s'élève à 380 mètres au-dessus de la plaine. Le donjon occupe le point culminant. Deux enceintes s'étagent sur les pentes de la colline; la première constitue un ovale presque régulier. Elle s'étend sur 175 m de long et, dans sa plus grande largeur, sur une centaine de mètres..

Chastel Blanc

Au nord, dans la principauté d'Antioche, les places fortes templières étaient Baghras (Gaston) récupérée en 1216, ainsi que Roche de Roissel et Roche-Guillaume qu'ils détenaient toujours, Saladin ayant renoncé à les conquérir en 1188.

mardi 27 octobre 2009

Historine au tournoi de Gercy

Historine et deux de ses membres étaient présent ce Week end à gercy (les 24 et 25 octobre).

Au dire de nos deux amis (Jacques et Marc), excellente ambiance et bon tournoi ... Nous déplorons cependant la perte d'une vitre et la disparition d'un GPS (RIP) ...

ci dessous, les résultats. un post plus complet sera posté bientôt.

Les résultats:
Axe

1 Thierry Boudart
2 Laurent Mariette
3 Marc Dodinot (Historine)
4 Sébastien Anot
5 Ludovic Mouton
6 Jacques Destremau (Historine)
7 Benoit Barban
8 Vincent Seron
9 JB Jouassain
10 Louis Brandela

Alliés
1 Quentin Serre
2 ex aequo Laurent Lustière & Olivier Lebecq
4 Jean-Michel Faure
5 Romuald Arrenault
6 ex aequo Florent Laigle & Olivier Laigle
8 Loic Marchou
9 Victor Mouton
10 Pierre Dufresne

Les prochaines sorties d'Historine
- les 7 et 8 novembre : Tournoi FoG
- les 28 et 29 novembre : Stratéjeux
- les 13 et 14 mars 2010 : Tournoi de Rabastens

Les Vikings et Paris (3)

Historine termine sa petite étude avec les listes d'armée DBA Vikings, West Frankish et Francs Carolingiens.

Bon jeu.

Liste d’armée DBA pour jouer Vikings contre Francs

Les vikings : livret  III /  liste 40
Agr : 4 – Littoral
790 – 849
1 x 4Bd (Général)
2 x 4 Bd
8 x 3Bd
1 x 3Bd ou 3Wb ou 2 Ps


850 - 1280
1 x 4Bd (Général)
10 x 4 Bd
1 x 3Bd ou 3Wb ou 2 Ps ou 3Bw


Les Carolingiens : livret  III /  liste 28
Agr : 3 – Arable
639 - 888
1 x 3Kn (Général)
5 x 3Kn
4 x 4Sp
1 x 2 Ps
1 x 2 Ps ou 2Lh ou 7Hd


Les Francs de l’Ouest (West Frankish)
Agr : 2 – Arable -
888 - 1072
1 x 3Kn (Général)
5 x 3Kn
1 x 3Kn ou 3Cv ou 2Lh
1 x 3Kn ou 3Cv
2 x 4Sp
2 x 2 Ps ou 3Bw

lundi 26 octobre 2009

Les Vikings et Paris (2)

Historine termine son étude sur l'histoire mouvementée de Paris et des vikings.

Bonne lecture.

Les Vikings et Paris :
Charles le chauve meurt en 877. En 884 Charles III le Gros est sur le trône. Siegfried, chef des Vikings, lui demande un énorme tribut afin d’éviter une reprise des pillages et la destruction de Paris.  Charles III refuse.

De nombreuses flottilles vikings se réunirent en une grande armée commandée par Siegfried. Aux Vikings de la Seine se joignirent des bandes du Bessin, de la Loire, de l'Escaut et même d'Angleterre; elles s'emparèrent de Rouen (25 juillet), forcèrent le passage de Pitres, enlevèrent des fortifications élevées à la hâte à Pontoise et se présentèrent le 25 novembre fortes de 30 000 hommes et 700 vaisseaux devant la cité de Paris, défendue par l'évêque Gozlin et le comte Eudes. Le 26 Novembre, le siége commence et la tour nord est est attaquée par des engins de sièges  (mantelets, balistes et catapultes).  L’attaque est repoussée comme le seront toutes les attaques vikings ce jour là.

Le  27 novembre, les Viking repartent à l’assaut utilisant béliers, feu et mines …. mais sans succès. . Ce jour là, l'évêque Gozlin pris part à la défense de la ville armée de sa croix, et d’une hache. Le comte Eudes prit lui aussi part à la défense de la cité. 

Durant deux mois, les vikings poursuivirent leurs travaux de sièges, creusant des tranchés et lancèrent d’autres assauts sans succès… En janvier 886, ils lancèrent des bateaux enflammés sur le pont en bois … Ces bateaux furent coulés mais la structure du pont fut touchée… Et le 6 février, la rivière en crue suite aux pluies  emporta le pont de bois…  . La tour nord ouest resta isolée … ces derniers défenseurs ayant refusé de se rendre, ils furent tous tués au cours de l’assaut.

La cité résistant toujours mais le pont de bois sur la rive gauche ne protégeant plus le passage, les vikings laissèrent une force devant Paris et purent remonter la seine jusqu’à Chartres(pillant la ville du Mans au passage).


Finalement Charles III le Gros arriva avec son armée. Il campa sur la colline Montmartre,  étudiant la situation. Siegred exigea un lourd tribut pour lever le siège de l’île.  Charles le gros plutôt que d’engager le combat préféra payer le tribut demandé (700 livres d’argent). Il utilisa les forces vikings comme mercenaires et les envoya ravager le Bourgogne alors en révolte contre son autorité.

La réponse parisienne à cette semi trahison ne se fit pas attendre longtemps. A la mort de Charles le gros deux ans plus tard en 888, ils élirent le Comtes Eudes (fils de Robert le Fort et comte de Paris, d’Anjou et de Tourraine) héros du siège de Paris comme leur nouveau roi. Décision importante car c’est le début de la fin pour la dynastie des rois carolingiens et des descendants de Charlemagne. Dans la lignée d’Eudes, il y a un certain Hugues Capet … futur roi de France et point de départ de la dynastie des Capétiens.

mardi 20 octobre 2009

Guerre de 7 ans au Canada (6)

Historine poursuit aujourd'hui son étude des troupes françaises au Canada en 1759. Nous nous intéressons aujourd'hui à la milice.

Bonne lecture.

La milice
Formée en Nouvelle-France depuis 1669, la milice est constituée de tous les hommes Canadiens valides âgés entre 16 et 60 ans – ce qui représente environ 20 à 25% de la population coloniale.Les miliciens sont très peu entraînés et sont donc peu efficaces en bataille rangée sur terrain découvert. Ils préfèrent la guerre d'embuscade, c'est-à-dire cachée dans les bois.

Les miliciens qui se battent aux côtés des Français sont des hommes recrutés en campagne et en ville, qui n'ont pas de formation de soldat. En temps de conflit, ils sont obligés de prendre les armes. Sans uniforme militaire, les miliciens reçoivent à chaque campagne une partie de l'équipement – chemise, capot, brayet, mitasse, mocassins et couverture. Les troupes s'arment elles-mêmes et il est attendu d'elles qu'elles soient en possession d'une bonne provision de plomb, de poudre et de mèche. L'intendant fournit un fusil à ceux qui n'en possèdent pas, mais ces derniers doivent remettre leur arme après chaque expédition.

Chaque paroisse de la colonie a sa compagnie de milice dirigée par un capitaine nommé par le gouverneur, généralement un homme important de la communauté. Chacune des compagnies appartient à un district. En Nouvelle-France, ceux-ci sont au nombre de trois : Québec, Trois-Rivières et Montréal.

•    Milice du district de Québec : En juin 1759, 5640 miliciens sont regroupés à Québec. Jamais depuis sa création autant de miliciens n'avaient été mobilisés. Vaudreuil ordonne d'ailleurs que l'on en incorpore un certain nombre – environ 600 – aux cinq régiments de l'armée régulière.

•    Milice du district de Montréal : La milice de Montréal est réputée pour être la plus efficace en raison du fait qu'elle est composée de plusieurs voyageurs qui font de la traite des fourrures. Conséquemment, celle-ci est entraînée surtout pour les combats d'embuscades dans les bois, ce qui a d'ailleurs valu à ses hommes d'être surnommés les « Loups » par les autres districts. En 1759, 5455 miliciens sont mobilisés, dont 4200 se rendent à Québec pour le siège.

•    Milice du district de Trois-Rivières : Les miliciens de Trois-Rivières sont au nombre de 1300 en 1759, dont 1100 se dirigent vers Québec. La totalité de ces hommes occupent aussi les rives de Beauport, sous le commandement de Louis de Bonne.

Cavalerie : Le corps de cavalerie, formé en juin 1759, est le premier du genre au Canada. Il est constitué de 200 Canadiens volontaires qui sont de bons cavaliers, dirigés par cinq officiers français, et divisé en deux compagnies. Le corps de cavalerie fait partie de la milice. Il était employé pour surveiller les rives du Saint-Laurent, vérifier le positionnement ennemi, se battre lorsque nécessaire et s'occuper de la messagerie. L'uniforme de la cavalerie est bleu, avec le col et les poignets rouges.


lundi 19 octobre 2009

Pour le mérite - jeu en ligne

Suite à un commentaire d'un internaute, voici l'adresse d'un jeu sous browser qui vous permet de piloter 92 appareils de la première guerre mondiale, d’octobre 1915 à novembre 1918, allant des chasseurs aux premiers bombardiers lourds. Trois types de missions sont possibles, chasse, reconnaissance et bombardement, vous pouvez être amené également à attaquer les ballons de reconnaissance ennemis. Ceci pour trois nations différentes (Anglais, Français et Allemand).

Bon jeu ! (et merci au lecteur de ce blog de me l'avoir signalé).



http://bluemax.lados.org/

Les Vikings et Paris

Historine s'intéresse aujourd'hui à la ville lumière et à son histoire mouvementée ... notamment à ses démêlés avec les fiers guerriers nordiques.

Bonne lecture.


Les Vikings et Paris :
L’histoire commence avec un chef viking nommé Ragnar Lodbrok. Ragnar a passé l’essentiel de sa vie comme pirate et maraudeur, depuis ses cotes natales du Danemark jusqu’en Angleterre, les pays bas et la France.
 
En 845, Ragnar Lodbrok était à la recherche de nouvelles terres à conquérir et de  nouveaux trésors à acquérir… aussi a-t-il décidé de faire voile le long de la seine depuis l’atlantique (embouchure de la ville du havre actuel) dans ce qui était alors le royaume des Francs de l’Ouest. Avec plus de 120 vaisseaux et 5000 hommes, il a ravagé la région avoisinante. 

Décidé à poursuivre ses raids, il est remonté le long de la seine pour arriver à Paris … A cette époque, la ville médiévale était surtout concentrée sur l’île de la Cité.

Le 28 mars 845 Ragnar et ses hommes prennent la cité. Le roi des Francs de l'Ouest à cette époque est Charles II le Chauve, petit fils de Charlemagne (pour l'annecdocte, nul ne sait pourquoi ce surnom .. toutes les gravures le représentant chevelu).  Il paie une rançon de 7000 livres d’argent comme tribut pour la ville de Paris.

Cependant, la rançon ne concernant que Paris, Ragnard continue d’écumer les contrées avoisinantes. Cela prit un certain temps aux forces de Charles II le Chauve pour éradiquer la menace. Durant les années 845 - 860, Ragnard et ses hommes attaquèrent  encore par trois fois Paris.

Le Duc de France Robert le Fort et le roi des Francs de l’Ouest, Charles le Chauve réalisèrent qu’ils devaient entreprendre des travaux pour protéger la ville. Le principal probléme venait que la cité était construite sur une ile non foritifée et qu’il suffisait aux bateaux vikings d’accoster pour prendre d’assaut la ville. Ceinturer la ville par des murailles serait très coûteux et n’empêcherait pas les vikings de saccager la campagne environnante.

La solution était donc de construire un pont fortifié bas sur l’eau pour bloquer les navires vikings. Ce pont tout en permettant à l’au de passer servirait de point de défense à l’ensemble de la cité et des campagnes environnantes. En 864, Charles le Chauve ordonna par l’Edit de Pitres la construction de ponts fortifiés tout au long du cours de la Seine et ordonne un recensement des hommes libres obligés de servir l'ost afin de participer à la défense du royaume notamment contre les invasions vikings. .  

A Paris, deux ponts sont donc construits (un en bois, l’autre en pierre). Ils relient l’île de la cité aux plaines environnantes. 

Ces ponts protégeront Paris durant les 20 ans qui suivirent leurs constructions … jusqu’aux grandes invasion vikings et le siége de Paris en 885 -886.

mercredi 14 octobre 2009

Wings of War (3)

Historine vous met à disposition aujourd'hui les régles en français de ce petit jeu fort sympathique.  Nous rajoutons quelques planches d'avions afin de vous familiariser avec leurs silhouettes...

Bonne lecture.

livret en français



Sopwith camel
 
Spad XIII


Breguet 14


Nieuport 11

mardi 13 octobre 2009

regles DBA - livret armée

Historine continue d'explorer la règle DBA. Voici les livrets d'armée DBA. En prime , vous trouverez quelques photos.
L'armée elfe noir (qui permet de jour à la version fantastique de DBA : HOTT a été peinte par Anthony Leroy. Cette armée permet aussi de jouer en DBA classique, le soclage étant identique.



Les médiévaux espagnols sont l'œuvre d'Hervé Delbarre.


La BUA est une création Historine à partir d'un santon de Provence...

Bonne lecture.