Bienvenue sur le Blog d'Historine

Historine, rassemble chaque vendredi soir de 20 heures à minuit et un week-end par mois (les Rencontres Belliludistes Bordelaises) de 10 heures à minuit à Floirac (banlieue de Bordeaux) des passionnés de jeux d'Histoire, de stratégie et autres jeux de rôles où toute période est discutée et recréée : Antique, Médiéval, Renaissance, Guerre de Sécession, napoléonien, Seconde Guerre Mondiale... le choix est vaste !

Nous organisons également différents tournois nationaux (Flames of War, Fields of Glory, Twilight Struggle, DBA), suivez ce blog pour vous tenir au courant!

Pour nous joindre, vous pouvez utiliser cette adresse mail : bordeaux.historine(@)free.fr ou nous rejoindre sur notre forum

Bon jeu.

Retrouvez nous tous les vendredis soirs!

mercredi 23 juin 2010

Mise à jour du Blog

Bonjour à tous,

Pour des raisons professionnelles, les mises à jour du blog seront moins fréquentes au cours des prochaines semaines. Mais rassurez vous, le blog continuera à être tenu.

Sinon, Historine a du annuler sa participation au tournoi de Saumur. Nous en sommes désolés et espérons que l'année prochaine, les choses se passeront pour le mieux car Saumur est un cadre exceptionnel pour la pratique du jeu.

Nous confirmons la tenue d'un tournoi FOW sur Floirac les 4 et 5 juin 2011. Nous aurons aussi en novembre 2010 une manifestation FOG... mais nous vous donnerons plus d'information bientôt.
A bientôt.

vendredi 18 juin 2010

Tournoi FOW à Floirac les 5 et 6 juin 2010 : les résultats

Aujourd’hui, Historine revient sur son tournoi FOW des 5 et 6 juin. Avec un peu de retard, voici le classement et les premières impressions.
Le tournoi a confirmé sa vocation internationale avec pour la seconde année de suite la participation de nos voisins espagnols et de nos amis belges. C’est d’ailleurs un joueur espagnol qui a remporté l’édition 2010.
14 joueurs ont participé à cette édition (nous avons eu quelques joueurs d’Historine qui du déclarer forfaits au dernier moments). Nous tenons à remercier l’ensemble des participants qui ont fait la route (depuis le Tarn, Paris ou Poitiers) sans oublier nos amis Bordelais des CSO qui petit à petit se mettent à FOW. Mais nous accordons une mention spéciale ànos amis Belges et Espagnols pour leur participation.
 
Classement du tournoi :
1er el sympatico Pedro
2eme ex æquo David Richou
Hervé delbarre (Historine)
JM Labardin (Historine)
3ème Thierry Boudart
4ème bernard Coret
5ème louis Brandela
6ème J Destremau (Historine)
7ème Christian Guillaume
8éme J Michel Faure
9éme Marc Dodinot (Historine)
10ème Pascal Poussard (Historine)
11éme Xavier Roy
12éme Thierry Lucas

Vous aurez remarqué que pour une fois, Historine ne truste pas les premières places… Notre président ayant choisi une place au chaud au sein du peloton, n’est ce pas Jacques ? : )

Nous pouvons d’ors et déjà vous annoncer la date de notre prochain tournoi FOW : les 4 et 5 juin 2011.
Il y aura sans doute les 20 et 21 novembre 2010 une manifestation FOG à Floirac … Mais nous vous donnerons bientôt plus de nouvelles.

jeudi 17 juin 2010

La bataille de Halhin Gol (mai à septembre 1939) (4)

Historine termine son étude de la bataille de la bataille de Halhin Gol.

Bonne lecture.

Conséquences au Japon:
Suite à sa lourde défaite, l'armée du Kwangtun perd sa grande influence sur la politique du Japon et son autonomie, étant dorénavant placée sous le contrôle direct du Quartier général impérial. Michitaro Komatsubara, le commandant de la 23e division, tombe en disgrâce et le général Ueda, commandant de l'armée du Kwangtum, est rappelé en métropole.
La défaite japonaise peut se lire à travers trois faiblesses de l'armée de terre, récurrentes au cours de toute la guerre en Chine et même pendant la guerre contre les Américains : l'insuffisance marquante de la logistique, le manque d'artillerie lourde, et le manque de divisions de chars, ces derniers étant de plus généralement de médiocre qualité et de puissance insuffisante. L'armée de terre japonaise ne tentera pourtant pas de tirer les leçons de sa défaite en renforçant notablement sa mécanisation ou son armement lourd.
Les 3ème et 4ème régiments blindés étaient équipés de 26 Type 89B Otsus,  8 Type 89A Yi-Gos, 4 Type 97 Chi-Has, 35 Type 95 Ha-Gos, 10 Type 94 tankettes, et 4  4 Type 97 tankettes. 42 des 73 chars japonais engagés furent perdus (contre 32 chars BT soviétiques sur un total de 550).
Conséquences en Union soviétique:
Joukov est promu et prend le commandement du district militaire spécial de Kiev, dont le rôle serait primordial en cas de guerre contre l'Allemagne en Europe. Lors de l'avance allemande sur Moscou fin 1941, Staline n'hésitera pas à rappeler l'essentiel de ses forces en Extrême-Orient soviétique pour les concentrer sur le front de Moscou, lui permettant ainsi de gagner cette bataille défensive essentielle. Ce retrait aura été rendu possible par les informations de Richard Sorge, son principal espion au Japon, lequel lui aura confirmé que, sauf victoire nette des forces nazies, les Japonais n'avaient pas l'intention d'attaquer de nouveau l'Union soviétique, une décision liée en partie à l'affaiblissement du courant favorable à une guerre au nord. L'affaiblissement de ce courant date lui-même de la nette défaite de 1939.
Conséquences humaines :
Les Soviétiques indiqueront n'avoir perdu que 9 284 tués et blessés. L'ouverture des archives après l'écroulement de l'Union soviétique montrera cependant que le bilan est beaucoup plus lourd, atteignant en fait 9 703 tués et disparus et 15 952 blessés.
Les Japonais reconnaîtront officiellement avoir eu 8 440 tués et 8 766 blessés. Ces chiffres, bien que douteux de par leur origine, n'ont jamais été réellement remis en cause, jusqu'à une période récente. Il est cependant vraisemblable que le total soit beaucoup plus élevé, de l'ordre de 45 000.
Les conséquences de cette bataille furent multiples mais les japonais ne furent pas capable d'en tirer tous les enseignements notamment en terme de tactique d'emploi des blindés. Ils augmentèrent bien leur cadence de production de chars mais rien ne fut fait pour en améliorer ni l'ergonomie, ni le blindage ni la puissance de feu... Ils eurent à subir ensuite les conséquences de cet inaction.

mercredi 16 juin 2010

Les Marders II (2)

Historine poursuit son étude des Marders II. 
Bonne lecture.

Production des Marders II:
La production du Marder continua jusqu'en 1944. Il ne fait aucun doute que le Marder II était une arme particulièrement redouta¬ble au combat, car il était relative¬ment petit, avait une bonne performance tout terrain, et son canon était capable de détruire pratiquement tous les chars ennemis à l'exception du char soviétique lourd tel le IS-2. 
Sa dotation en munitions était de trente-sept obus qui étaient logés au-dessus des moteurs. On trouvait aussi six cents cartouches pour la mitrailleuse, une MG34 ou MG42 de 7,92 mm.
Les Marder II étaient presque tous destinés au front de l'Est, mais il y en avait en service dans presque toutes les unités de combat de l'armée de terre allemande..
Après 1944, la production de ce char prit fin et l'équipage perdit un homme afin de ne pas gaspiller le potentiel humain; mais la recherche n'en continua pas moins sur ce véhicule. Vers la fin de la guerre, certains Marder II furent équipés de projec¬teurs à infrarouge pour la détermi¬nation d'objectifs de nuit.
De juin 1942 à juin 1943, FAMO, MAN et  Daimler-Benz produisirent 576 Marder II. En plus, 75 furent convertis entre juillet 1943 et mars 1944. Tous les Marder II furent affectés aux Panzerjäger Abteilungen et servirent sur tous les fronts de juillet 1942 à mai 1945.

lundi 14 juin 2010

Les Chasseurs de Montagnes (2)

Historine poursuit son étude des unités peu connues du 1er Empire : les Chasseurs de Montagne. Certaines de ces unités seront ainsi formées à partir de conscrits réfractaires de notre département  : la Gironde, d'où l'intérêt de ce blog.

Bonne lecture.
L'organisation de 1811 :
Le 17 janvier 1811, un décret impérial donne aux chasseurs des montagnes une nouvelle organisation : les compagnies sont réparties entre trois bataillons numérotés de 1 à 3 :
Le 1° Bataillon de Chasseurs des Montagnes est formé à partir du :
-    1° Bataillon des Pyrénées Orientales (1° Compagnie)
-    1° & 2° Bataillon de la Haute-Garonne (2° & 3° Compagnie)
-    1° bataillon des Hautes-Pyrénées (4°, 5° & 6° compagnie)

Le 2° Bataillon est formé avec les deux bataillons de l'Ariège.

Le 3° Bataillon est formé à 8 compagnies par la réunion des bataillons des Basses-Pyrénées et du bataillon supplémentaire.
-    Les 5 compagnies stationnées à Jacca (1° & 2° Cie)
-    Le bataillon supplémentaire à Bilbao (3°,4° & 5° Cie)
-    Le bataillon des Basses-Pyrénées employé dans la 10° division (6°,7° & 8° Cie)

Les bataillons des chasseurs des Montagnes ont, pendant la durée de l’occupation française en Espagne, assuré les communications dans la région frontalière et participé activement à la lutte contre les guérillas espagnoles. Après l’évacuation de l’Espagne, les bataillons ont été incorporés dans l’infanterie :
- le 1er bataillon dans le 116e régiment de ligne,
- le 2e dans le 4e léger,
- le 3e dans le 25e léger.
Nomenclature des différents bataillons de chasseurs des montagnes :
- bataillon des chasseurs de la montagne du département de l'Ariège 1808
- 1er bataillon des chasseurs de la montagne du département de l'Ariège 1809-1811
- 2e bataillon des chasseurs de la montagne du département de l'Ariège 1809-1811
- bataillon des chasseurs de la montagne du département de la Haute-Garonne 1808-1811
- bataillon des chasseurs de la montagne du département des Basses-Pyrénées 1808
- 1er bataillon des chasseurs de la montagne du département des Basses-Pyrénées 1809-1811
- 2e bataillon des chasseurs de la montagne du département des Basses-Pyrénées 1809-1811
- bataillon des chasseurs de la montagne du département des Hautes-Pyrénées 1808
- bataillon des chasseurs de la montagne du département des Pyrénées -Orientales 1808-1811
- bataillon supplémentaire 1809-1811
- 1er bataillon des chasseurs des montagnes 1811-1814
- 2e bataillon des chasseurs des montagnes 1811-1814
- 3e bataillon des chasseurs des montagnes 1811-1814

Les sources d'informations :
http://www.1789-1815.com
Batailles de Napoléon dans le Sud Ouest - collection atlantica
http://lesapn.forumactif.fr/la-lgre-f172/les-bataillons-de-chasseurs-des-montagnes-t2121.htm

vendredi 11 juin 2010

Remember Oradour-sur-Glane (2)

Voici un petit reportage photo sur ce village martyr .... juste des images pour ne pas oublier.

Le mémorial et le plan du village : 
L'église et sa place (avant) :
L'église et sa place (après) :
 
La rue principale et la voie de tramway (avant) :
La rue principale et la voie de tramway (après) :
 
Le puis tragique :
La place de la Foire :
Oradour au quotidien  :
 
Remember :
 

jeudi 10 juin 2010

Remember Oradour-sur-Glane

En ce 10 juin 2010, Historine s’intéresse à un épisode douloureux de la libération française : le massacre d’Oradour sur Glane. Outre un petit récit des circonstances, vous trouverez aussi un reportage photo fait en mai 2010 sur les lieux.

Ne pas oublier pour ne pas recommencer…

Oradour sur Glane a été détruit pendant la seconde guerre mondiale, le 10 juin 1944. Ce village du Limousin a été le théâtre d'une exécution systématique de la part des Waffen S.S., faisant 642 victimes. Oradour-sur-Glane a été rayé de la carte, un après-midi de juin, un samedi, quatre jours après le débarquement en Normandie. Conservé en état de ruine, ce village fantôme reste le témoin d'un crime odieux...

Oradour sur Glane, qui autrefois, était un bourg paisible et dynamique avec son tramway et ses nombreux commerces va connaître l’horreur.

En début d’après-midi, vers 14h00, près de 200 soldats allemands de la division « Das Reich » encerclent le bourg et rassemblent la population sur le Champ de foire, prétendant à un simple contrôle d’identité. Les auteurs du drame appartiennent à la 3e compagnie du 1er bataillon de Panzergrenadier (commandé par le major Adolf Diekmann) du 4e SS-Panzer-Regiment Der Führer de la 2eSS-Panzer-Division Das Reich. Cette compagnie comptait dans ses rangs des alsaciens (des malgré-nous mais aussi un volontaire). Cette précision est apportée pour ne pas oublier que la barbarie emporte tout le monde dans sa furie… 

Au repos autour de Bordeaux et de Montauban, la division fait mouvement vers la Normandie aussitôt connu le débarquement allié. Constamment harcelée par les Forces françaises de l'intérieur (FFI), elle riposte par de sanglantes représailles.
Le 9 juin 1944, à Tulle libérée depuis l'avant-veille par la Résistance, 99 hommes sont pendus. Le 10 juin 1944, après l'arrivée des Allemands dans le bourg d'Oradour-sur-Glane, le garde champêtre fait savoir aux habitants qu'ils doivent tous se rassembler, sans aucune exception et sans délai, sur le Champ de Foire, munis de leurs papiers, pour une vérification d’identité. Les SS pénètrent dans toutes les maisons, et, sous la menace de leurs armes, obligent tout le monde, même les malades, à se rendre sur le lieu de rassemblement. Un à un ou par groupes, conduits et surveillés par les SS, les villageois se massent peu à peu sur le Champ de Foire. Les Allemands vont aussi chercher des habitants des hameaux voisins. Les cultivateurs doivent abandonner leurs travaux. Plusieurs personnes sont abattues.
Les Allemands divisent la population en deux groupes : d'un côté les femmes et les enfants, de l'autre les hommes. Les hommes sont répartis en 6 groupes dans diverses granges d’Oradour tandis que les femmes et enfants sont regroupés dans l’église. En quelques minutes, les hommes sont abattus puis brûlés puis c’est au tour des femmes et enfants de subir le même sort et d’être brûlés dans l’église. Il y aura 6 survivants (5 hommes et 1 femme).

Une petite précision importante à mes yeux : à Oradour, parmi les victimes, se trouvaient plusieurs étrangers (espagnols, nord-africains,…) : les français ne sont pas les seuls à pleurer leurs morts. Il y avait là-bas des réfugiés, des enfants, des gens d’ailleurs… Ne les oublions pas non plus.

Le site aujourd’hui est conservé comme un musée à ciel ouvert avec un mémorial du souvenir. Le village en ruine présente encore tous les stigmates du martyr qu’il a subit. La visite de l’église est un moment difficile avec notamment ce berceau rouillé au cœur de la sacristie…

En Limousin, la barbarie a rencontré l’horreur de la guerre … comme dans hélas beaucoup d’autres lieux martyres (en Russie, Ukraine, Pologne, ….ou même en Allemagne en 1945). Il faut aussi savoir non pas oublier mais bien pardonner pour avancer et surtout ne jamais recommencer.

Remember.