Bienvenue sur le Blog d'Historine

Historine, rassemble chaque vendredi soir de 20 heures à minuit et un week-end par mois (les Rencontres Belliludistes Bordelaises) de 10 heures à minuit à Floirac (banlieue de Bordeaux) des passionnés de jeux d'Histoire, de stratégie et autres jeux de rôles où toute période est discutée et recréée : Antique, Médiéval, Renaissance, Guerre de Sécession, napoléonien, Seconde Guerre Mondiale... le choix est vaste !

Nous organisons également différents tournois nationaux (Flames of War, Fields of Glory, Twilight Struggle, DBA), suivez ce blog pour vous tenir au courant!

Pour nous joindre, vous pouvez utiliser cette adresse mail : bordeaux.historine(@)free.fr ou nous rejoindre sur notre forum

Bon jeu.

Retrouvez nous tous les vendredis soirs!

lundi 31 janvier 2011

la 3ère Panzer-Division (2)

Historine poursuit son étude de la 3ème Panzer-Division entre 1940 et 1945. Voici donc la fin de l'historique de la Division de l'Ours.
La 3ème Panzer-Division
En mars 1942, la division est transférée à la 6e Armée et défend Kharkov contre une attaque russe. En juin, elle fait partie du dispositif de l'offensive d'été de l'opération Fall Blau au sein du XL Panzer Korps pour tenter de libérer d'encerclement la 6e Armée, puis prend la route du Caucase vers les champs pétrolifères où elle subit de lourdes pertes à Mozdov.
 
En janvier 1943, elle bat en retraite à travers le Kouban et la mer d'Azov gelée. Complétée et réarmée, la 3e Panzerdivision participe à la bataille de Koursk, au sein du XLVIII Panzer-Korps (avec à ses cotés la 11e Panzerdivision, la 167e division d'infanterie et la  Panzer-Division Grossdeutschland). Lors de la bataille, la 3e Panzerdivision est utilisée pour réaliser la percée initiale et inflige de lourds dommages aux forces soviétiques. Elle est ensuite utilisée pour protéger les flancs de la XLVIII Panzer-Korps. 
Après la contre-attaque soviétique, la 3e Panzerdivision tente de défendre Kharkov. Sévèrement touchée, elle est retirée du front en même temps que les forces allemandes sont repoussées.
 
La 3ème est de tous les combats en 1944 en Ukraine. Elle accompagne le repli continuel des troupes allemandes sur ce front. Elle combat à Tcherkassy, puis est transférée dans le groupe d'armées Südukraine pour participer aux combats défensifs de Baranov et de Kischinev.  La fin de l’année 1944 la voit retraiter en Pologne avec le XXIII Panzer-Korps.
 
En janvier 1945, elle se retrouve en Hongrie. Elle participe à l'opération Frühlingserwachen, (dernière opération allemande d’envergure de la guerre). Elle se replie sur l'Autriche où elle se rend aux forces américaines à Steyr en mai.
Ordre de batailles
Front de l’Est 1943
  • Stab
  • 6. Panzer-Regiment
    • Panzer-Abteilung I
    • Panzer-Abteilung II
  • 3. Panzergrenadier-Regiment
    • Panzergrenadier-Bataillon I
    • Panzergrenadier-Bataillon II
  • 394. Panzergrenadier-Regiment
    • Panzergrenadier-Bataillon I
    • Panzergrenadier-Bataillon II
  • 75. Artillerie-Regiment
    • Artillerie-Abteilung I
    • Artillerie-Abteilung II
    • Artillerie-Abteilung III
  • 3. Aufklärungs-Abteilung
  • 39. Panzernachrichten-Abteilung
  • 543. Panzerjäger-Abteilung
  • 39. Panzer-Pionier-Batallion
  • 314. Heeres Flak-Abteilung
  • 83. Feldersatz-Abteilung
  • Versorgungsdienste 83
Théâtres d'opérations

mercredi 26 janvier 2011

Open de France 2011 Twilight Struggle et partie FoW (12 et 13 Février 2011)


L’association Historine organise l’Open de France 2011 Twilight Struggle les 12 et 13 Février 2011 au Centre Social et Culturel du Haut Floirac rue Voltaire 33270 Floirac (banlieue bordelaise).
Dans le cadre de  cette manifestation, le dimanche 13 février, nous organisons une grande partie Flames of War, période early....
 
Nous prévoyons une partie d’environ 3000 points de chaque coté opposant une armée franco-polonaise à une division blindée allemande.
 
Chauffez les moteurs et préparer les B1Bis ... panzer II C en vue !! 

mardi 25 janvier 2011

la 3ère Panzer-Division de 1939 à 1941 - (1)

Historine s'intéresse aujourd'hui à une autre division blindée allemande : la 3ème Panzer Division ou division de l'Ours (emblème de la ville de Berlin et emblème de la division).

Bonne lecture.

3e Panzerdivision :La 3e Panzerdivision comme les deux premières, est formée à Wundsdorf près de Berlin le 15 octobre 1935. L’emblème présent sur ces véhicules (notamment sur les chars du Panzer-régiment  6) est celui de l’ours (également l'emblème de la ville de Berlin). Elle y gagne ainsi le surnom de Division de l’Ours.
En mars 1939, la division prend part à l'Anschluss (annexion de l’Autriche). Elle est aussi de l'invasion de la Pologne (en septembre 1939) en étant rattachée au XIX Armee Korps du général Heinz Guderian. Durant cette campagne, en alignant 391 chars, elle est la division numériquement la plus forte.
Lors de la bataille de France, la 3ème Pz Division est rattachée au XVI Panzer Corps du Général Erich Hoepner, (groupe d'armées B de Fedor von Bock - 6e armée). Son objectif est d'attirer les forces franco-anglaises hors de France vers les Pays-Bas pour laisser le champ libre aux autres Panzerdivisions engagées. Elle combat au sud de Bruxelles (Gembloux) où elle est engagée contre la 3e division mécanisée française. Au moment de l'armistice, elle est aux portes de Paris.
En janvier 1941, le Panzer-Regiment 5 "Wünsdorf", le Kradschüzten-Abteilung 3, le Panzerjäger-Abteilung 39 et le Artillerie-Abteilung I du 75.Artillerie.Regiment sont détachés pour constituer la 5° leitche Division ( futur Deutsche Afrika Korps). En février et mars 1941, la 3e Panzer reçoit le Panzer-Abteilung I du Panzer-Regiment 28 en provenance de la 18e Panzerdivision qui deviendra le Panzer-Abteilung III du Panzer-Regiment 6 "Neuruppin".

À la veille de l'opération Barbarossa, la 3e Panzerdivision avait une force totale de 215 blindés :
• 58 PzKpfw II,
• 29 PzKpfw III (37mm),
• 81 PzKpfw III (50mm),
• 32 PzKpfw IV,
• 15 PzBef (chars de commandement)
Le 22 juin 1941, affectée au groupe d'armées centre, elle participe aux combats de l'opération Barbarossa, l'invasion allemande sur l'Union soviétique. Elle prend part à la bataille de Minsk et franchit le Dniepr. Elle participe à l'encerclement de l'armée soviétique pendant la première bataille de Kiev. Elle participe à la bataille de Moscou puis subit la contre-offensive russe pendant l'hiver 1941-1942 et doit colmater les brèches du dispositif allemand.

jeudi 20 janvier 2011

Le 14e Cuirassier Polonais (1809-1813)

Historine vous fait découvrir aujourd'hui une unité peu connue de l'armée du Grand Duché de Varsovie : le seul et unique régiment polonais de cuirassiers : le 14e.

Bonne lecture.

Le 14e Cuirassier Polonais (1809-1813)

Le 14e régiment de cuirassiers polonais issu du 1e cuirassiers franco-galicien est formé à Konskie au cours de l’été 1809 par le Comte Stanislas Malachowski.
La création du régiment se fait dans la douleur : équipements chers et défiance de Napoléon qui aurait préféré une unité de Uhlans à un régiment de « Gros Frères ». Le régiment prendra le numéro 14 dans la cavalerie Polonaise (à cette époque, les régiments sont numérotés à la suite chez les Polonais). Son effectif est de 578 hommes et 32 officiers formant deux escadrons. Le régiment est basé à Varsovie (jusqu’en 1812). Il fut envisagé un moment, par le Roi de Saxe (le grand Duché de Varsovie étant rattaché au Royaume de Saxe) de le transformer en Chasseurs à Cheval. Le Prince Poniatowski s’y oppose farouchement et le régiment garde sa spécificité de cuirassiers.
 
En 1810, l’effectif du régiment est de 419 cavaliers et officiers et 314 chevaux. En 1812, son effectif baisse à 373 hommes (toujours à deux escadrons). Le 1er mars 1812, le régiment formera avec les 11e et 12e uhlans, la 3e brigade de la 1ère division de cavalerie du Rozniecki, au sein de l’armée du Grand Duché.

Le 4 juillet, lors de la campagne de Russie, il est affecté au 4ecorps de réserve de cavalerie Latour-Maubourg. Il forme avec les gardes du corps saxons et les cuirassiers saxons la 1ère brigade de la 7e division de cuirassiers aux ordres du Général de Division Lorges. Son effectif est de 20 officiers et 352 hommes.
Le régiment reçoit son baptême du feu à la bataille de La Moskova (Borodino), chargeant plusieurs fois en compagnie des cuirassiers saxons, ils enlèvent à l’ennemi 5 canons et font 300 prisonniers. Il combat encore à Voronovo le 2 octobre. Le 9 novembre les 250 hommes survivants du 4e corps (sur un total de 6 500 hommes au début de la campagne) sont dirigés vers Smolensk. Les restes du 14e Cuirassier Polonais sont de la partie. Le 9 mars 1813, les restes du régiment passent sous les ordres du général Dombrowski avec seulement 20 officiers et 77 hommes. Avec les hommes prélevés dans les dépôts, on reforme un 2nd escadron.
En cette même année 1813, il est perd sa cuirasse et est affecté avec les Krakus au corps de cavalerie dit d’avant-garde de Uminski. Ils se couvrent de gloire à Wachau le premier jour de la Bataille des Nations. Encerclés la plupart des cuirassiers sont fait prisonniers et les quelques rescapés de cette bataille se regroupent à Sedan. Le régiment est dissous le 29 décembre 1813. Son effectif n'est plus que de 3 officiers et 36 sous-officiers et soldats.
Le 14e cuirassiers polonais s’est couvert de gloire au sein de la Grande Armée en 1812 à Borodino, en 1813 à Friedland, Pittesbach, Krankau, Strohweide, Weida et Leipzig.

mardi 18 janvier 2011

Le Sd. Kfz. 135/1 - 15cm s.FH. 13 auf Gw Lorraine Schlepper(f)

Historine s'intéresse aujourd'hui à un canon automoteur qui a fait les beaux jours de l'Afrika Corps de Rommel et de la 21 Pz Division en Normandie : le Lorraine Schlepper 15cm.

Bonne lecture.

Le Sd. Kfz. 135/1 - 15cm s.FH. 13 auf Gw Lorraine Schlepper(f)

Histoire :
Durant les premiers mois de 1942, et pour faire face à l’absence de véritables chasseurs de chars, les allemands ont fait feu de tout bois avec du matériel de récupération. Ils ont ainsi utilisé les châssis Lorraine : le fameux  «Tracteur Blinde 37L». 
Plus de 300 tracteurs (certaines sources parlent de 360) sont ainsi tombés dans les mains allemandes. Le Marder I  (avec un canon de 7.5cm AT) base de ce châssis à environ 170 exemplaires.
 
Sur l’ordre du Haut commandement allemand, en mai 1942, plus de 40 châssis furent équipés de l’obusier 15cm sFH afin d’être employés comme canon automoteur au profit des troupes de la DAK. En juillet, 30 autres obusiers furent disponibles (sur un total de 78 nouveaux véhicules).
 
Il fut aussi décidé de construire 60 canons automoteurs de 10.5cm mais seulement 12 véhicules purent être livrés. Il existe aussi un exemplaire (au moins) d’un Lorraine Schlepper équipé d’un obusier russe de 122mm (capturé en septembre 1944 sur un train blindé).
 
Véhicules présents sur le front nord africain :
12 véhicules devaient être livrés au PzArtRgt 155 de la 21e PzDv, 12 au PzArtRgt 33 de la 15e PzDv et 6 à la 90e Dv, soit un total de 30 unités mais seuls 23 véhicules arriveront sur le front (7 furent perdus durant le voyage). Les 10 premiers livrés au PzArtRgt 155 sont envoyés au front le 26 juillet 1942. Les 11 suivants sont livrés au PzArtRgt 33 puis envoyés sur le front.
En octobre 1942, avant l'attaque britannique sur les positions allemandes d'El Alamein, 19 véhicules sont opérationnels (8 pour le PzArtRgt 33 et 11 pour le PzArtRgt 155). Le 2 décembre, tous les véhicules sont perdus.

Production
Quantité: 94 véhicules auf sFH13/1 (Sf) de 15cm Geschuetzwagen Lorraine Schlepper (f)
12 véhicules : auf leFH18 (Sf) de 10.5cm Geschuetzwagen Lorraine Schlepper (f)

Autre(s) désignation(s): 15cm s.FH. 13 auf Gw Lorraine Schlepper(f), Sd. Kfz. 135/1

lundi 17 janvier 2011

La bataille de La Piave (8 mai 1809) - (3)

Historine vous donne aujourd'hui l'OdB de la bataille de La Piave.

Bonne lecture.

Ordre de bataille Franco-Italiens:

  • Corps: Général de  Division Jacques MacDonald (14,580, 24 canons)
    • 1st Division: Général de  Division Jean-Baptiste Broussier
      • 1st Brigade: 9th Ligne  IR (3 bns), 4th bn/11th Ligne  IR
      • 2nd Brigade: 84th Ligne  IR (4 bns), 92nd Ligne  IR (3 bns)
      • Attaché: batterie à pied de 8L , batterie à pied de 4L  (12 canons)
 
    • 2nd Division: Général de  Division Jean-Antoine Lamarque
      • 1st Brigade: 18th Light IR (2 bns), 13th Ligne  IR (4 bns)
      • 2nd Brigade: 23rd Ligne  IR (2 bns), 29th Ligne  IR (4 bns)
      • Attaché: batterie à pied de 8L , batterie à pied de 4L (12 canons)
  • Corps: Général de  Division Paul Grenier (16,800, 18 canons)
    • 1st Division: Général de  Brigade Louis Abbé
      • 1st Brigade: 8th Light IR (2 bns), 1st Ligne  IR (4 bns)
      • 2nd Brigade: 52nd Ligne  IR (4 bns), 102nd Ligne  IR (4 bns), Dragons Napoléon (1 sqn)
      • Attaché: batterie à pied de 8L , batterie à pied de 4L (12 canons)
 
    • 2nd Division: Général de  Division Pierre Durutte
      • 1st Brigade: 22nd Light IR (2 bns), 23rd Ligne  IR (4 bns)
      • 2nd Brigade: 60th Ligne  IR (2 bns), 62nd Ligne  IR (2 bns)
      • Attaché: batterie à pied de 6L (6 canons)
  • Corps: Général de  Division Louis Baraguey d'Hilliers (21,000, 18 canons)
    • 1st Division: Général de  Division Achille Fontanelli
      • 1st Brigade: 1st It Ligne  IR (3 bns), 2nd It Ligne  IR (1 bn), 3rd It Ligne  (3 bns)
      • 2nd Brigade: 7th It Ligne  IR (2 bns), Dalmatian IR (2 bns), 112th Ligne  (3 bns)
      • Attaché: batterie à pied de 6L (6 canons)
    • 2nd Division: Général de  Division Jean-Baptiste Rusca (not present at Piave)
      • 1st Brigade: 1st It Light IR (2 bns), 2nd It Light IR (2 bns), 4th It Ligne  (2 bns)
      • 2nd Brigade: 67th Ligne  IR (4 bns), 93rd Ligne  IR (4 bns), 7th Dragons (1 sqn)
      • Attaché: 2 batteries à pied de 6L (12 canons)
  • Cavalerie: Général de  Division Emmanuel Grouchy (7,500, 12 canons)
    • Division: Général de  Division Louis-Michel Sahuc
      • 6th, 8th, and 25th Chasseurs à cheval, 6th Hussars (4 sqns  )
      • Art: batterie à cheval de 4L (6 canons)
    • Division: Général de  Division Charles Randon de Pully
      • 23rd, 28th, and 29th Dragons (4 sqns  )
    • Division: Général de  Brigade François Guérin d'Etoquigny
      • 7th, 30th, et Dragons de la Reine (4 sqns)
  • Réserve: Eugène de Beauharnais
    • Division: Général de  Division Jean Mathieu Seras (7,500, 10 canons)
      • 1st Brigade: 4th bn/35th Ligne  IR, 53rd Ligne  IR (4 bns)
      • 2nd Brigade: 79th Ligne  IR (2 bns), 106th Ligne  IR (3 bns)
      • Attaché: batterie à pied de 8L , batterie à pied de 4L (12 canons)
    •  Garde Italienne: Général de  Brigade Teodoro Lecchi (2,580, 6 canons)
      • Brigade: It Gd Velites bn, It Honor Gd sqn
      • Brigade: It Gd Chasseurs bn, It Gd Grenadiers bn, It Gd Dragons (2 sqns)
      • Attaché : batterie à cheval de 6L (6 canons)
 

Corps de Bataille Autrichien :

Army of Inner Austria: Général de  Cavalerie Archduke John of Austria
  • Artillerie: General-Major Anton Reisner
    • Two 12-pdr position batteries (12 canons)
  • Avant-garde: Feldmarschall-Leutnant Johann Maria Philipp Frimont (4,380, 16 canons)
    • Brigade: General-Major Ignaz Splenyi
      • Archduke Franz Karl IR # 52 (3 bns), OguLigne r Grenz IR # 3 (2 bns)
      • Archduke Josef Hussars # 2 (6 sqns), Frimont Hussars # 9 (7 sqns)
      • Demi batterie de 3L Grenz (4 canons), 2 batteries à cheval de 6L (12 canons)
 
  • VIII Armeekorps: Feldmarschall-Leutnant Albert Gyulai (7,020, 12 canons)
    • Brigade: General-Major Hieronymus Karl Graf von Colloredo-Mansfeld
      • Strassoldo IR # 27 (3 bns), Saint Julien IR # 61 (3 bns), Batterie de brigade de 3L  (8 canons)
    • Brigade: General-Major Anton Gajoli
      • Franz Jellacic IR # 62 (3 bns), 1st Banal Grenz IR # 10 (2 bns), demi batterie de brigade Grenz de 3L  (4 canons)
    • Attaché : Ott Hussars # 5 (8 sqns)
 
  • IX Armeekorps: Feldmarschall-Leutnant Ignaz Gyulai (12,720, 33 canons)
    • Brigade: General-Major Johann Kalnássy
      • Reisky IR # 13 (3 bns), Simbschen IR # 43 (3 bns), Batterie de brigade de 3L  (8 canons)
    • Brigade: General-Major Franz Marziani
      • Alvinczi IR # 19 (3 bns), Batterie de brigade de 3L  (8 canons)
    • Brigade: General-Major Alois Gavasini
      • Ottocaner Grenz IR # 2 (2 bns)
    • Brigade: General-Major Johann Peter Kleinmayer
      • Szluiner Grenz IR # 4 (2 bns), Batterie de brigade de 3L  (8 canons)
      • Grenadier bns: Salamon, Janusch, Mühlen, Chimani
    • Brigade: General-Major Ignaz Sebottendorf
  • Division de Cavalerie: Feldmarschall-Leutnant Christian Wolfskeel von Reichenberg   (mort au combat)
    • Brigade: General-Major Johann Hager von Altensteig
      • Savoy Dragons # 5 (6 sqns), Hohenlohe Dragons # 2 (6 sqns), une batterie et demi de canons de 6L à cheval  (9 canons)
    • Attaché: Archduke Josef Hussars # 2 (2 sqns)
      • Ott Hussars # 5, Frimont Hussars # 9
 

mercredi 12 janvier 2011

la 1ère Panzer-Division de 1939 à 1941 - (3)

Historine poursuit son étude de la 1ère Panzer-Division. Aujourd'hui, point de récit mais juste les organigrammes de la division entre 1939 et 1941. Avec un petit bonus : les marqueurs FoW de la 1er Pz Division année 1940.

Bon Jeu
Organigramme 1939

Organigramme 1940

Organigramme 1941
Planche marqueurs FoW

mardi 11 janvier 2011

Les divisions Ecossaises en Normandie - PdF FOW


Historine vous met à disposition aujourd’hui un background officiel sur les divisions écossaises en Normandie.

Bonne lecture et bon jeu

lundi 10 janvier 2011

La bataille de La Piave (8 mai 1809) - (2)

Historine poursuit son étude de la bataille de La Piave.

Bonne lecture.

La bataille :
Au lever du jour, le 8 mai, les batteries d'artillerie ouvrent le feu tout le long de la rivière. Les pièces de Seras et de Grenier font un tir de barrage sur les ailes, tandis que les pièces de 12 de la réserve de Sorbier, interdisent la plaine de l'autre coté de la rivière. Couvert par cette artillerie, Desaix (joseph marie) et sa division traversent la rivière.
Alerté l'archiduc Jean, craignant d’être pris en flagrant délit et perdre trains et bagages, lance une contre-attaque mal coordonnée et confuse. Une division de cavalerie (FML Christian Wolfskehl von Reichenberg) accompagnée 24 pièces d'artillerie (GM Anton von Reisner) tentent de s'opposer au passage au centre. Une autre division d'infanterie - six bataillons - et les hussards Archiduc Joseph sont envoyés contre Grenier et la cavalerie française. Quatre bataillons de grenadiers et deux bataillons de Grenzer Croates forment la réserve, à Campana.
A 8 heures du matin, les hommes de Dessaix ont passé la rivière et les ponts de pontons sont presque achevés. A peu près au même moment, les batteries de Reisner ouvrent un feu meurtrier sur la division Dessaix, formée en carré, pour résister au premier assaut de la cavalerie autrichienne, lancée par la division Wolfskehl. Il faut un habile feu de contrebatterie de la réserve de Sorbier pour sauver Dessaix.
Dans le milieu de la matinée, la cavalerie française a passé la rivière à San Nichiol, et rejoint la division Dessaix attaquant la cavalerie et l'artillerie autrichienne par les flancs. La division Wolskehl est mise en déroute et les batteries taillées en pièce par la cavalerie française. Wolfskehl et Reisner sont tués dans ces combats. La cavalerie autrichienne est poursuivie jusqu’à Campana.
La défense de l'archiduc Jean à Priula est brisée et il ne peut que chercher à gagner du temps pour éviter une déroute complète. La Piave continuant à monter le ponton mis en place étant submergé, les français ne peuvent pour le moment lancer une poursuite efficace.

Macdonald, sur la rive gauche avec ses deux divisions, commence à traverser la rivière, qui ressemble maintenant à un torrent. Ce passage est terminé vers 13 heures.  Après s'être reformé Macdonald rejoint les divisions de cavalerie, l'artillerie de Sorbier, (passée sur le pont de pontons avant lui) et une partie de la division Durutte, venant du gué de San Nichiol.
 
A 15 heures, la presque totalité de l'armée française se trouve sur la rive gauche de la Piave. A 16 heures, l'artillerie française bombarde la ligne autrichienne, en préparation de l'attaque. Desaix à gauche, Grenier a droite flanc gardent et tentent de contourner les autrichiens. L'assaut principal sur le centre est conduit par  Macdonald et le IXe  autrichien implose devant la vigueur de l’assaut. La dernière réserve de grenadiers est submergée et les autrichiens sont en déroute à la tombée du jour, vers 19 heures.

Les troupes de l'archiduc s'enfuient par Cornegliano et Sacile. Le 11 mai, elles repassent le Tagliamento.

Les pertes des Autrichiens sont de 5.000 tués et blessés et 2.000 prisonniers. Celles des Français s'élèvent à environ 2.000. Ils se sont emparés de 14 canons, de 30 caissons et de nombreux bagages.

dimanche 9 janvier 2011

L'armée du Levant - Liban et Syrie 1941 (3)

Historine vous propose aujourd’hui une étude  plus complète des formations d’artillerie présente au sein de l’armée du Levant en 1940.

Bonne Lecture.

Artillerie du Levant (Liban - Syrie) - Juin 1940
Abréviations:
C = Court, artillerie divisionnaire
L = Long, artillerie de corps d’armée
M = Montagne,
T = Tracté,
P = Porté,
H = Hippomobile,
CA = Contre-Avion,
AC = Anti-char,
PF = Plate-forme,
Mle = Modèle,

RACL : Régiment d'Artillerie Coloniale du Levant
QG/RACL (active)
·         I/RACL (active)
1e batterie de 155C tractés
2e batterie de 75P avec tracteurs
3e batterie de 65M Mle 1906 (libanaise)
4e batterie de 65M Mle 1906 (coloniale)

·         III/RACL (active)
7e batterie d'artillerie côtière
Batterie de 145 mm côtière
Batterie de 75 mm côtière
Batterie de 75 mm côtière
Batterie de 75 mm côtière
Batterie de 37 mm côtière
8e batterie de 75CA PF Mle 1915/34 (or 1913/34?)
9e batterie de 75CA PF Mle 1915/34 (or 1913/34?)

·         Batterie Libanaise d'Artillerie Côtière (BLAC- active)
Batterie de 164.7 mm côtière (Beyrouth)
Batterie de 75 mm côtière (Lazaret)
Batterie de 75 mm côtière (Khalde)
Batterie de 75 mm côtière (Djeideh)
Batterie de 75 mm côtière (Tripoli)
Section de 75 mm (Grotte aux Pigeons)
Section de 75 mm (Tripoli-ouest)

·         IV/RACL (active)
10e batterie de 75CA PF Mle 1915/34
11e batterie de 75CA PF Mle 1915/34
12e batterie de 75CA PF Mle 1915/34
 
Groupe Spécial d'Artillerie Libanaise (GSAL- active)
1e batterie spéciale de 65M Mle 1906
2e batterie spéciale de 65M Mle 1906
3e batterie spéciale de 75P avec tracteurs

352e RAL (Régiment d'Artillerie Lourde)
QG/352e RA (métropole- 10.05.40)

·         I/352e RAL (métropole- 10.05.40)
1e batterie de 105L portés Mle 1913 (ex-X/143e RA)
2e batterie de 105L portés Mle 1913 (ex-X/143e RA)
3e batterie de 105L portés Mle 1913 (ex-X/143e RA)

·         II/352e RAL (métropole- 10.05.40)
4e batterie de 105L portés Mle 1913 (ex-XI/143e RA)
5e batterie de 105L portés Mle 1913 (ex-XI/143e RA)
6e batterie de 105L portés Mle 1913 (ex-XI/143e RA)

·         III/352e RAL (métropole- 30.04.40)
7e batterie de 105L tractés Mle 1936 (ex-X/355e RA)
8e batterie de 105L tractés Mle 1936 (ex-X/355e RA)
9e batterie de 105L tractés Mle 1936 (ex-X/355e RA)

86e RAA (Régiment d'Artillerie d'Afrique)
QG/86e RAA (Afrique du Nord- 16.09.39)
QG/286e RAA (Afrique du Nord - 16.09.39)
·         I/86e RAA (Afrique du Nord - 16.09.39)
1e batterie de 75H Mle 1897
2e batterie de 75H Mle 1897
3e batterie de 75H Mle 1897

·         II/86e RAA (Afrique du Nord - 16.09.39)
4e batterie de 75H Mle 1897
5e batterie de 75H Mle 1897
6e batterie de 75H Mle 1897

·         III/86e RAA (Afrique du Nord - 16.09.39)
7e batterie de 75H Mle 1897
8e batterie de 75H Mle 1897
9e batterie de 75H Mle 1897
10e batterie de 47AC
 
·         V/286e RAA (286e Régiment d'Artillerie d'Afrique)
13e batterie de 155CH
14e batterie de 155CH
15e batterie de 155CH

·         GM 155C NA (Groupe de Marche d'Artillerie de 155C Nord-Africaine)
1e batterie de 155CH (ex-VI/286e RAA- 23.11.39?)
2e batterie de 155CH (ex-VI/286e RAA- 23.11.39?)

41e RAC (Régiment d'Artillerie Coloniale)
QG/41e RAC (métropole)

·         I/41e RAC (métropole/active)
1e batterie de 75H Mle 1897 (métropole)
2e batterie de 75H Mle 1897 (ex-IV/RALC)
3e batterie de 75H Mle 1897 (ex-IV/RALC)
 
·         II/41e RAC (active)
4e batterie de 65M Mle 1906 (ex-II/RALC)
5e batterie de 65M Mle 1906 (ex-II/RALC)

·         XI/93e RAM (Régiment d'Artillerie de Montagne- métropole)
1e batterie de 105M Mle 1928 (ex-III/93e RAM)
2e batterie de 105M Mle 1928 (ex-III/93e RAM)
3e batterie de 105M Mle 1928 (ex-III/93e RAM)

80e RANA (Régiment d'Artillerie Nord-Africaine)
QG/80e RANA (Afrique du Nord - 14.10.39)

·         I/80e RANA (Afrique du Nord - 23.11.39)
1e batterie de 75H Mle 1897
2e batterie de 75H Mle 1897
3e batterie de 75H Mle 1897

·         II/80e RANA (Afrique du Nord - 23.11.39)
4e batterie de 155CH
5e batterie de 155CH
6e batterie de 155CH
 
·         III/80e RANA (Afrique du Nord - 15.01.40)
7e batterie de 155CH (ex-VI/286e RAA)
8e batterie de 155CH (ex-19/20e RANA)
9e batterie de 155CH (ex-20/20e RANA)
10e batterie de 47AC (ex-21/20e RANA)

DCA (Artillerie Antiaérienne)
·         421e Groupe Autonome de DCA (GADCA- 14.09.39)
1e batterie de 75CA sur remorque Mle 17/34 (ex-31/404e RADCA)
2e batterie de 75CA sur remorque Mle 17/34 (ex-33/404e RADCA)
3e batterie de 75CA sur remorque Mle 34/36 (ex-40/404e RADCA)

·         XIII/404e RADCA (15.04.40)
37e batterie de 75CA sur remorque Mle 17/34 (GMFL /Rayak)
38e batterie de 75CA sur remorque Mle 17/34 (GMFL /Dbayé)
39e batterie de 75CA sur remorque Mle 17/34 (GMFL /Rayak)
 
·         DCA Nord-Africaine (6 canons)
1015e batterie de 25CA Mle 1938 -> 192e DI (21.06.40)
1034e batterie de 25CA Mle 1938 -> 86e DI (18.05.40)
1037e batterie de 25CA Mle 1938 -> 191e DI (08.06.40)

Détail sur le nombre de pièces:
Artillerie de Campagne:
04 x 155CT Mle 1915 or 1917
44 x 155CH Mle 1915 or 1917
12 x 105LT Mle 1936
24 x 105LP Mle 1913
08 x 75P Mle 1897
60 x 75H Mle 1897

·         Artillerie de montagne:
12 x 105M Mle 1928
24 x 65M Mle 1906

·         Anti-char:
08 x 47AC Mle 1937 or 1939 (hippomobile?)

·         Contre-Avion:
20 x 75CA PF Mle 15/34 (immobile)
20 x 75CAT Mle 17/34 (remorque)
04 x 75CAT Mle 34/36 (remorque)
18 x 25CAT Mle 1938

·         Artillerie côtière:
? x 164.7 mm gun(s)
? x 145 mm gun(s)
? x 75AB guns
? x 75 mm guns
? x 37 mm guns