Bienvenue sur le Blog d'Historine

Historine, rassemble chaque vendredi soir de 20 heures à minuit et un week-end par mois (les Rencontres Belliludistes Bordelaises) de 10 heures à minuit à Floirac (banlieue de Bordeaux) des passionnés de jeux d'Histoire, de stratégie et autres jeux de rôles où toute période est discutée et recréée : Antique, Médiéval, Renaissance, Guerre de Sécession, napoléonien, Seconde Guerre Mondiale... le choix est vaste !

Nous organisons également différents tournois nationaux (Flames of War, Fields of Glory, Twilight Struggle, DBA), suivez ce blog pour vous tenir au courant!

Pour nous joindre, vous pouvez utiliser cette adresse mail : bordeaux.historine(@)free.fr ou nous rejoindre sur notre forum

Bon jeu.

Retrouvez nous tous les vendredis soirs!

mercredi 28 août 2013

La bataille de Pydna - 22 juin 168 av JC (3)

Historine continue son étude de la bataille antique de Pydna. Pydna (en grec ancien Πύδνα / Púdna) est une ville grecque de Macédoine antique, la plus importante de Piérie. C'est à Pydna que se joue le sort du royaume Antigonide de Macédoine : le 22 juin 168 av. J.-C., le dernier roi, Persée y est défait par le général romain Paul Émile (Lucius Aemilius Paullus)

Historique:
La bataille de Pydna, qui clôt la dernière des trois guerres entre Rome et la Macédoine, symbolise la victoire de la légion romaine sur la phalange macédonienne et la fin de l'indépendance de la Grèce. En effet, après deux ans d'opérations incertaines, Rome envoie un général âgé mais énergique, Paul Émile, qui reprend en main l'armée, pénètre en Macédoine grâce à une manœuvre de contournement et affronte le roi Persée non loin de la cité de Pydna, dans le nord du pays, moins d'un mois après son arrivée en Grèce. La date de la bataille – le 22 juin -168 – nous est connue grâce à un fait précis, une éclipse qui s'est produite la veille.

En moins d'une heure, la phalange macédonienne terrifiante mais rigide se disloque sous les coups de la légion romaine, beaucoup plus souple grâce à son organisation en manipules. Cette victoire rapide et sanglante incite le Sénat romain à imposer au monde grec un règlement sévère du conflit : la Macédoine est démembrée en quatre régions, et sa monarchie abolie. Pour l'historien grec Polybe, qui est emmené en otage à Rome en — 167, la date de cette bataille marque l'établissement de l'Empire romain sur le monde, c'est-à-dire, pour lui, le monde grec.

Les forces en présence:
Les deux armées étaient de forces comparables. Les Romains comptaient au total environ 36 000 hommes, dont 20 000 légionnaires et fantassins lourds assimilés répartis en deux légions, 4 000 cavaliers (dont 1 200 Italiens), et 22 éléphants. Les seules troupes grecques au service de Paul-Émile étaient des Crétois.
L'armée macédonienne quant à elle atteignait un total légèrement supérieur, de 40 000 soldats environ. La cavalerie était comparable en effectif à celle des Romains, soit 4 000 cavaliers, se décomposant en 2 000 cavaliers lourds macédoniens répartis en 10 escadrons (l'Agêma), deux escadrons sacrés et sept escadrons royaux ; 1 000 cavaliers légers macédoniens, archers montés et lanceurs de javelots (akontistes) ; et 1 000 cavaliers thraces odryses sous le commandement de leur roi Cotys. Persée avait entraîné sa cavalerie à combattre des éléphants à partir de maquettes grandeur nature. De même, une unité d'infanterie avait été spécialement formée et équipée pour combattre les éléphants.
L'infanterie macédonienne comprenait 3 000 peltastes regroupés en deux Gardes royales, et 19 000 phalangistes, probablement répartis en 14 phalanges. Cette infanterie avait subi l'entraînement intensif nécessaire à ce type de formation, mais manquait cruellement d'expérience : l'armée macédonienne n'avait en effet pas connu de bataille de phalanges depuis la défaite de Cynoscéphales en 197 av. J.-C.. 
 
L'infanterie non macédonienne comportait 3 000 peltastes, et 10 000 soldats de garnison de diverses origines ethniques, Illyriens, Péoniens Agrianes, Galates, et Thraces.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire