Bienvenue sur le Blog d'Historine

Historine, rassemble chaque vendredi soir de 20 heures à minuit et un week-end par mois (les Rencontres Belliludistes Bordelaises) de 10 heures à minuit à Floirac (banlieue de Bordeaux) des passionnés de jeux d'Histoire, de stratégie et autres jeux de rôles où toute période est discutée et recréée : Antique, Médiéval, Renaissance, Guerre de Sécession, napoléonien, Seconde Guerre Mondiale... le choix est vaste !

Nous organisons également différents tournois nationaux (Flames of War, Fields of Glory, Twilight Struggle, DBA), suivez ce blog pour vous tenir au courant!

Pour nous joindre, vous pouvez utiliser cette adresse mail : bordeaux.historine(@)free.fr ou nous rejoindre sur notre forum

Bon jeu.

Retrouvez nous tous les vendredis soirs!

jeudi 13 février 2014

la bataille de Claye - 28 mars 1814 (3)


Historine continue son étude du combat méconnu du combat de Claye le 28 mars 1814. Après l'ordre de bataille des français, et celui des Prussiens, voici le récit de la bataille. 

Contexte
Après la bataille de Fère-Champenoise du 25 mars 1814, les troupes alliées poursuivent leur avance vers la capitale. Poursuivie par les troupes coalisées, une partie des troupes Françaises suit le cours de la Marne en direction de Paris. Après avoir combattu à Trilport pour empêcher le passage du fleuve, les troupes Françaises se réfugient dans Meaux.
Le 27 mars 1814, la défense de Meaux étant impossible aux généraux français. L'évacuation des troupes commence le soir en direction de Claye et Villeparisis. L'arrière-garde, commandée par le général Vincent, détruit une partie du faubourg de Paris en faisant sauter le magasin à poudre.
 
La bataille
Alors que les troupes françaises quittent au petit matin le village de Claye, la colonne du général Guye arrive de Paris en renfort avec trois bataillons de la jeune garde (10e régiment de Voltigeurs), quatre cents cuirassiers et quatre cents cinquante lanciers polonais (Krakus) et quelques chasseurs à cheval.


Poursuivit par l’avant-garde de l'armée de Silésie du Général von Katzler le général Compans, grâce aux renforts, décide de défendre le village. Ayant fait évacuer le village au fur et à mesure, le général Compans met ses troupes sur des positions en arrière de Claye.

Bientôt, l'infanterie prussienne qui avait déjà pris possession du village, et continuant son avance, débouche dans la plaine. Le général Compans ordonne alors une charge de cavalerie qui culbute les fantassins faisant 300 tués ou blessés ainsi que beaucoup de prisonniers. Le reste de la colonne retraite alors précipitamment dans Claye.
 


Le général Compans prend ensuite position à la tête du bois de Montsaigle occupant la ferme de Gros-Bois, les bois de Claye, Morfondé et les bois voisins.

L'avant garde prussienne qui avait pris possession du village continue son avance, et, le défilé de Claye étant ouvert, passe et se déploie sur la gauche de la route d'Allemagne à la hauteur du taillis de Gros-Bois. La division de cavalerie Otto Karl Lorenz von Pirch, qui arrive immédiatement après l'avant garde, se déploie sur la grand-route. La division Klüx se place à gauche de la précédente et la cavalerie du général Hans Ernst Karl von Zieten occupe les hauteurs de Le Pin afin de contourner la position française.
Le combat dura longtemps dans les bois de Montsaigle et de Grosbois, mais l'ennemi ayant fait entrer en action l'ensemble du corps de Kleist ainsi que les divisions Heinrich Wilhelm von Horn et Yorck venues se placer vers Souilly, le général Compans prend une nouvelle position sur Villeparisis.

Occupant les fermes de Morfonde et de Monzaigle ainsi que les bois Mulot et Mony, 2 bataillons furent dirigés par la gauche, par le chemin de Le Pin en contournant la ferme. 2 autres bataillons attaquèrent les prussiens par la trouée de Gros-Bois à Villeparisis. 

Pendant ce temps les 2 bataillons prussiens qui se lancèrent à l'attaque des positions françaises du bois Mulot eurent beaucoup à souffrir du feu défensif. Le bataillon qui défendait la ferme de Monzaigle ne quitta le poste qu'après une défense acharnée.

1 commentaire: