Bienvenue sur le Blog d'Historine

Historine, rassemble chaque vendredi soir de 20 heures à minuit et un week-end par mois (les Rencontres Belliludistes Bordelaises) de 10 heures à minuit à Floirac (banlieue de Bordeaux) des passionnés de jeux d'Histoire, de stratégie et autres jeux de rôles où toute période est discutée et recréée : Antique, Médiéval, Renaissance, Guerre de Sécession, napoléonien, Seconde Guerre Mondiale... le choix est vaste !

Nous organisons également différents tournois nationaux (Flames of War, Fields of Glory, Twilight Struggle, DBA), suivez ce blog pour vous tenir au courant!

Pour nous joindre, vous pouvez utiliser cette adresse mail : bordeaux.historine(@)free.fr ou nous rejoindre sur notre forum

Bon jeu.

Retrouvez nous tous les vendredis soirs!

dimanche 26 décembre 2010

L'armée du Levant - Liban et Syrie 1941 (1)

Historine s'intéresse aujourd'hui à une campagne oubliée et souvent occultée : la campagne du Levant en 1941. Voici aujourd'hui un petit historique des troupes du Levant.

bonne lecture.

L’armée du Levant :
Le 12 avril 1940, après l’invasion et la chute de la Pologne, la Brigade Polonaise indépendantes des Carpates (ou brigade Polonaise du Levant) est formée au Levant grâce aux polonais exilés. Spécialisée dans le combat de montagne, elle était destinée à intervenir dans les Balkans selon les plans alliés. Le 30 juin 1940, alors que la France est envahie et l’armistice signée, la brigade fait défection et se réfugie en Palestine.

En effet, dès le 22 juin 1940, les forces du Levant font allégeance au maréchal Pétain et au gouvernement de Vichy.  En 1941, les forces du Commonwealth et les Français libres déclenchent l’opération « Exporter », c’est le début de la campagne de Syrie. Ils attaquent l’armée du Levant à partir de la Palestine et de l’Irak récemment occupé par les Anglais.

Les forces terrestres
Durant l’opération « exporter », l’armée était commandée  par le général Henri Dentz. Dentz était aussi  le Haut Commissaire chargé du Levant. Son commandant en second était le Lieutenant-General Joseph-Antoine-Sylvain-Raoul de Verdillac. L’armée était divisée en troupes métropolitaines, en troupes coloniales et en Troupes Spéciales du Levant. Les TSL étaient le nom donné aux forces indigènes syriennes et aux troupes libanaises. (40 000 hommes en tout environ).
Les troupes régulières consistaient en 4 bataillons du 6ème régiment de Légion étrangère (les meilleures troupes disponibles selon Dentz) et 3 bataillons du 24ème régiment d’infanterie coloniale.  Ce dernier sera par la suite complété par l’apport de 2 bataillons de troupes sénégalaises du Régiment Mixte Colonial.
 
Les Troupes Spéciales formaient 11 bataillons d’infanterie : 3 bataillons de chasseurs Libanais et 8 bataillons syriens (les bataillons de Levant). En plus, il y avait 2 groupes d’artillerie en support. Les Troupes Spéciales incluaient aussi 5 000 cavaliers organisées en escadrons de 100 hommes (dont 15 escadrons circassiens qui eux, étaient motorisés. Les Troupes Spéciales étaient commandées par des officiers tant indigènes que français (bien que ceux ci ne soient pas en grand nombre).

Les troupes africaines étaient formées de 6 bataillons de tirailleurs algériens, 3 bataillons de tirailleurs tunisiens, trois bataillons de tirailleurs sénégalais et un bataillon marocain.  
 
La cavalerie Nord africaine était composée du 4ème Spahis Tunisien, du 1er Spahis Marocain et du 8ème Spahis Algérien. Ces 7000 hommes étaient pour la plupart à cheval ou transportés en camions légers. Quelques-uns étaient équipés de voitures blindées.
L’artillerie était composée d’environ 120 canons de campagne et comptait environ 6 700 hommes. Les 6ème et 7ème Chasseurs d’Afrique armaient environ 90 chars (une majorité de R35 et quelques Renault FT-17) ainsi que des automitrailleuses blindées.
 
Les forces Aériennes 
Renforcées par des groupes de chasses venus d’Afrique du Nord, elles alignaient 289 appareils dont 35 Dewoitine D.520 (chasseurs modernes) et quelques Glenn Martin 167  (bombardiers légers récents). Au début de l’offensive, elles étaient même supérieurs aux forces anglaises. Mais elles subirent des pertes sévères : 179 appareils perdus (la plupart détruits au sol).
Les  forces navales
2 Contre-torpilleurs : Guépard, Valmy ; 3 sous-marins : Caïman, Marsouin, Souffleur ;  1 aviso : Élan.
 
Fin de campagne :
Les derniers combats auront lieu en Syrie le 24 juillet 1941. Les forces du Levant ont 1 066 tués et 4500 blessés. 37 736 hommes se rendent. 5688 officiers et hommes de troupes sur 37 736 se laisseront convaincre de rejoindre les Forces Françaises Libres. 

8 commentaires:

  1. Mon père engagé volontaire 1939 a été affecté en Syrie dans l'artillerie au 16emme R.A.C,blessée gravement lors de l'attaque des anglo-gaulistes à KUNEITRA,rapatrié sanitaire en Tunisie puis Marseille.Ils étaient tous des Patriotes aussi!Détestaient les Allemands et tous ces politicards véreux,et ses"pacifistes d'usines",communistes,qui leurs avaient saboter les bouchons des culasses des canons de 47! anti-chars

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour votre réaction.
      habitant à proximité de Quneitra, je commence un projet de recherche sur le mandat Francais au Levant, et particulierement sur le Hauran et le Jaulan (Golan).
      Je vous serai reconnaissant si vous pouviez me contacter.
      gilgoul@gmail.com

      bien à vous

      Supprimer
    2. Mon père a aussi servi en Syrie et au Liban en 1940-41.Engagé volontaire en 1939 à la déclaration de guerre, il fût affecté au Groupe d'Artillerie métropolitaine du Levant.Il fût également blessé à Kuneitra lors d'un combat avec l'artillerie britannique, touché par un éclat sur le côté gauche de la tête (sauvé par le casque). Tous les servants de son canon de 75 furent tués par l'obus qui blessa mon père.Soigné d'abord à l'hôpital militaire de Souk El Gard près de Beyrouth il fût ensuite rapatrié sanitaire en France.C'est en étant en soin à cet hôpital de Beyrouth qu'il assista depuis la côte au torpillage du sous-marin français "Le souffleur".Mon père resta marqué pour la vie par sa campagne de Syrie dont il me parlait souvent.

      Supprimer
  2. Mon père avait 21 ans et était affecté en Syrie au 7ème Régiment de Chasseurs d'Afrique commandé par le colonel Le Couteulx . Il se trouvait là au mauvais moment... Il a combattu les forces anglo-gaullistes auxquelles appartenaient son frère et deux de ses cousins.Il n'était pas pétainiste. Par la suite, il a fait la campagne d'Italie dans les spahis. Les combats fratricides ont été féroces. C'était vraiment une sale époque...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon père a également servi au 7ème RCA sous le colonel LE COUTEULX en Syrie. Il a ensuite également fait la campagne d'Italie avec le 1er Spahi. Mon père est décédé il y a eux ans, 94 ans. Je conserve son certificat de bonne conduite signé par le colonel Le Couteulx.

      Supprimer
  3. Bonjour.
    Je recherche des informations sur mon père, KEVORK Ketchik, Français d'origine arménienne né en Syrie vers 1926 d'après le documents que j'ai.
    Mon grand père (maternelle) Mr Yacoub Mickael est syrien, chrétiens, né en 1907 à INZIK en Syrie.
    Ils ont tout deux suivi l'armée Française et le Général de Gaulle durant la Seconde Guerre. Depuis la Syrie, puis en France , (je sais qu’ils ont séjournée dans le camps de sainte Marthe à marseille ) et Madagascar.
    Nom du père: Kevork Ketchic né à Hassistché
    son père Kevork Katchik.(il y a un "e" et un "a" orthographié sur le document d'acte de naissance. Merci de m'indique comment puis-avoir des renseignements.
    Bien à vous

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour,

    je suis désolé mais nous n'avons aucun moyen de vous aider. Je laisse votre adresse mail (mais je supprime votre numéro de téléphone pour des raisons évidentes de confidentialité).
    Kevork Patrick : patrick.kevork(@)gmail.com

    Avez vous pu vous renseigner auprès des archives militaires au ministère de la Défense ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour. Merci de prendre du temps pour me répondre.
      Je ne sais comment m'y prendre car ils demandent un numéro de dossier que j'ignore.
      J'ai appris que le camps ou les soldats ont stationné 1 an avant de partir sur Madagascar.
      De plus, j'i l'impression que le ministère rechigne a donner des infos sur cette période. J'ai une petite idée. Merci pour tout

      Supprimer