Bienvenue sur le Blog d'Historine

Historine, rassemble chaque vendredi soir de 20 heures à minuit et un week-end par mois (les Rencontres Belliludistes Bordelaises) de 10 heures à minuit à Floirac (banlieue de Bordeaux) des passionnés de jeux d'Histoire, de stratégie et autres jeux de rôles où toute période est discutée et recréée : Antique, Médiéval, Renaissance, Guerre de Sécession, napoléonien, Seconde Guerre Mondiale... le choix est vaste !

Nous organisons également différents tournois nationaux (Flames of War, Fields of Glory, Twilight Struggle, DBA), suivez ce blog pour vous tenir au courant!

Pour nous joindre, vous pouvez utiliser cette adresse mail : bordeaux.historine(@)free.fr ou nous rejoindre sur notre forum

Bon jeu.

Retrouvez nous tous les vendredis soirs!

jeudi 28 janvier 2010

Sturmpanzer II Bison

Historine s'intéresse à un blindé de la 2nd Guerre Mondiale peu connu et produit à peu d'exemplaire (12 au total) : le Sturmpanzer II Bison.

Bonne lecture.

Sturmpanzer II Bison
Dès les premiers mois de la guerre, il devient évident que le Panzer II était obsolète en tant que char de combat et il fut décidé d'utiliser son châssis toutefois excellent pour tout une série d'armes automotrices, c'est pourquoi un grand nombre de châssis furent produits, qui jamais ne furent complétés en tant que char de bataille. Le châssis du Panzer II fut donc utilisé pour servir de base à un canon d'assaut doté d'une superstructure ouverte, le Sturmpanzer II.

Un premier prototype improvisé fut testé à Kummersdorf le 13 juin 1940 et au mois d'octobre de la même année, Alkett produisit un autre prototype sur base du Pz.Kpfw II Ausf.B qui cependant n'offrait pas un espace adéquat pour une arme de gros calibre et en tout cas ne pouvait absorber son recul.

En février 1941, cependant le Sturmpanzer II sur base du châssis du Pz.Kpfw II fut accepté pour la production. En juillet-août 1941, le premier exemplaire du Sturmpanzer II "Bison" basé sur un châssis rallongé de Panzer II fut produit. Alkett en produisit seulement 12: 7 en 1941 et 5 début 1942. Pour accueillir un imposant canon, le châssis fut élargie de 32 cm et allongé de 60 cm. En fait peu de composants du Panzer II furent conservés, le moteur fut remplacés par exemple par un 8 cylindres (essence) Bussing-NAG développant 155 cv.

L'armement principal du Sturmpanzer II était l'obusier lourd d'infanterie de 150 mm, le sIG 33 L/11 monté dans une superstructure ouverte couvrant le centre et l'arrière du char. L'obusier avait une portée maximum de 4700 m et pouvait tirer sous une position verticale de 75°. Son champ de tir horizontal était toutefois très limité. Cette arme selon l'élévation pouvait servir de canon d'infanterie ou comme mortier lourd. Il ne pouvait cependant accueillir que 10 coups de 150 mm. L'équipage était composé de 4 hommes: le commandant, le tireur, le chargeur et le pilote. Le montage d'une arme de ce calibre fit passer le poids à 16 tonnes, ce qui limitait fortement les performances de l'engin sur route et surtout en tout terrain.

Tous les véhicules furent envoyés en Afrique du Nord (Libye) rassemblés dans deux compagnies de canons d'assaut lourds , les 707e et 708e sIG Kp (Sfl.), en avril 1942. Sur ce terrain spécial, les Sturmpanzers II souffrirent constamment de problèmes mécaniques et peu purent être maintenus opérationnels, le reste servant à fournir des pièces de rechange. Les Sturmpanzers II servirent dans le Deutsche Afrika Korps jusqu'au printemps 1943 quand le dernier fut abandonné. Les Britanniques en capturèrent 6 abandonnés et un autre démantelés dans un atelier de réparation. Notons que le canon de 150 mm et la superstructure du Sturmpanzer II fut également installé sur le Panzer III. Cette conversion fut réalisé sur le terrain, en Afrique du Nord, dans les ateliers du DAK.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire