Bienvenue sur le Blog d'Historine

Historine, rassemble chaque vendredi soir de 20 heures à minuit et un week-end par mois (les Rencontres Belliludistes Bordelaises) de 10 heures à minuit à Floirac (banlieue de Bordeaux) des passionnés de jeux d'Histoire, de stratégie et autres jeux de rôles où toute période est discutée et recréée : Antique, Médiéval, Renaissance, Guerre de Sécession, napoléonien, Seconde Guerre Mondiale... le choix est vaste !

Nous organisons également différents tournois nationaux (Flames of War, Fields of Glory, Twilight Struggle, DBA), suivez ce blog pour vous tenir au courant!

Pour nous joindre, vous pouvez utiliser cette adresse mail : bordeaux.historine(@)free.fr ou nous rejoindre sur notre forum

Bon jeu.

Retrouvez nous tous les vendredis soirs!

mardi 4 janvier 2011

La bataille de La Piave (8 mai 1809) - (1)

Historine s'intéresse aujourd'hui à la bataille de La Piave qui opposa en mai 1809 les français d'Eugène de Beauharnais à l'archiduc Jean (frère de l'Emepeur Autrichien).

Bonne lecture.

Les préparatifs de la bataille :
Les 6 et 7 mai 1809, l'Armée d'Italie se positionne le long de la Piave (une rivière qui se jette dans le golfe de Venise) et se prépare à la bataille contre l'armée de l'archiduc Jean sur l'autre rive.
Ayant tiré les leçons de Sacile Eugène a cette fois-ci concentré, avant de se lancer dans la bataille, six divisions d'infanterie, trois de cavalerie, la division légère de Dessaix, la Garde royale italienne et l'artillerie de réserve du général Sorbier. Il dispose donc d'environ 50.000 hommes contre à peine 30.000. autrichiens  concentrés entre la Piave et Conegliano à l'est.
  
Eugène
Après une reconnaissance approfondie, le prince Eugène décide d'un audacieux plan d'attaque pour le 8 mai au matin avec une attaque concentrée sur les gués de la Piave. Durant la nuit, profitant de l'obscurité, l'armée d'Italie prend position. Le premier gué, situé sur la gauche des Français, à Nervesa, est assigné à la division Serras (chargé de faire diversion)  afin de permettre au corps de Grenier et aux 3 divisions de cavalerie (Sahuc, Grouchy, Pully) de passer  la rivière à San Nichiol, à l'extrême droite et d'attaquer par le sud.  Le centre sera l'affaire de la Brigade Desaix (alors que le pont a été brulé par les arrières gardes de Frimont).
 
Le plan prévoit que la division légère de Dessaix passera la Piave au lever du jour, et y maintiendra une tête de pont, pendant que le génie construira rapidement un pont de pontons, pour permettre à Macdonald et Baraguey d'Hilliers de passer, et de tomber sur les autrichiens, que l'archiduc a déployé pour couvrir ses mouvements sur ses deux ailes, à Nervesa et San Nichiol. Sur la rive gauche, au centre, Sorbier devra masser une batterie d'artillerie pour couvrir la position  de Dessaix sur la rivière, jusqu'à ce que le pont soit achevé.
 
La veille de la bataille, l'archiduc Jean est à Suisignano, et son VIIIe corps est étendu depuis ce village jusqu'au hameau de San Lucia. Le IXe corps de Giulay se trouve entre San Lucia et Bocca di Strada, près de Nervesa. Trois bataillons et des piquets de cavalerie gardent la rive droite de la rivière, de Nervesa à Priula. Les rapports envoyés à Eugène indiquent que les Autrichiens continuent leur retraite et n'envisagent pas une bataille.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire