Bienvenue sur le Blog d'Historine

Historine, rassemble chaque vendredi soir de 20 heures à minuit et un week-end par mois (les Rencontres Belliludistes Bordelaises) de 10 heures à minuit à Floirac (banlieue de Bordeaux) des passionnés de jeux d'Histoire, de stratégie et autres jeux de rôles où toute période est discutée et recréée : Antique, Médiéval, Renaissance, Guerre de Sécession, napoléonien, Seconde Guerre Mondiale... le choix est vaste !

Nous organisons également différents tournois nationaux (Flames of War, Fields of Glory, Twilight Struggle, DBA), suivez ce blog pour vous tenir au courant!

Pour nous joindre, vous pouvez utiliser cette adresse mail : bordeaux.historine(@)free.fr ou nous rejoindre sur notre forum

Bon jeu.

Retrouvez nous tous les vendredis soirs!

mercredi 26 août 2009

Opération Dragoon - 15 aôut 1944 (5)

Historine termine son étude du débarquement : aujourd'hui, les troupes françaises.

Bonne lecture.
L'Armée française de la Libération de la Provence

La force d'intervention française en Provence est placée sous le commandement du général de Lattre de Tassigny avec l'appellation de "1ère Armée Française".

Bataillons de marche 4 (plage du calvaire)

Ses différentes unités proviennent du "Corps Expéditionnaire Français" du général Juin (qui cesse son commandement en Italie, le 23 juillet 1944), d'unités stationnées en Corse ou en attente en Afrique du Nord.

3e DIA

Elle comprend 4 divisions:
La 1ère D.M.I. dite 1ère D.F.L. (Division Française Libre) du général Brosset
- le R.C.T. 1 (Regimental Combat Team) du colonel Delange avec la 1ère Brigade d'Infanterie (2e Bataillon de Légion Étrangère et 22e Bataillon nord-africain) et un 1er Groupe d'obusiers de 105
- le R.C.T. 2 du colonel Garbay, avec la 2e Brigade d'Infanterie (Bataillons de marche 4, 5 et 11) et un 2e Groupe d'obusiers de 105
- le R.C.T. 3 du colonel Raynal, avec la 4e Brigade d'Infanterie (Bataillons de marche 21 et 24) et BIMP (Bataillon d'Infanterie de Marine et du Pacifique) et un 3e Groupe d'obusiers de 105
- le 1er Régiment de Fusiliers-Marins du capitaine de corvette de Corsier, unité de reconnaissance
- le 8e Régiment de Chasseurs d'Afrique du lieutenant-colonel Simon, unité de tanks destroyers
- 4e Groupe d'obusiers de 155

1er RFM

• La 3e D.I.A. du général de Monsabert:
- le 3e Régiment de Tirailleurs Algériens du colonel de Linarès, formant avec le 2e Bataillon du 67e Régiment d'Artillerie d'Afrique le G.T.1 (Groupement tactique)
- le 7e Régiment de Tirailleurs Algériens du colonel Chappuis, formant avec le 1/67e R.A.A. le G.T.2
- le 3e Régiment de Spahis Algériens du colonel Bonjour, unité de reconnaissance
- le 7e Régiment de Chasseurs d'Afrique du lieutenant-colonel Van Heeke, unité de tanks destroyers.

3ème RTA

• La 9e D.I.C. du général Magnan comprend :
- le 4ème Régiment de Tirailleurs Sénégalais du colonel Bourgund, formant avec un bataillon d'Artillerie Coloniale (le I.R.A.C.M.) le G.T. 1
- le 6ème Régiment de Tirailleurs Sénégalais du colonel Salan, formant avec le III/R.A.C.M. le G.T.2
- le 13e Régiment de Tirailleurs Sénégalais du colonel Voillemin, formant avec le II/R.A.C.M. le G.T.3
- le Régiment d'Infanterie Coloniale du Maroc , (R.I.C.M.) du lieutenant-colonel le Puloch, unité de reconnaissance
- le Régiment Colonial de Chasseurs de Chars (R.C.C.C.) du lieutenant-colonel Charles, unité de tanks destroyers

TD du RCCC

• La 1ère D.B. (Division Blindée) du général Touzet du Vigier comprend :
- le 2e Régiment de Cuirassiers du lieutenant-colonel Durosoy et le 3e Bataillon de Zouaves, formant avec le l/68e R.A.A. le "Combat Command 1" aux ordres du général Sudre
- le 5e Chasseurs d'Afrique du commandant Grout de Beaufort et le 1er Zouaves du commandant Barbier, formant avec le III/68ème R.A.A. le "Combat Command 2" aux ordres du colonel Kientz.
- le 2e Chasseurs d'Afrique du lieutenant-colonel Lodin de Lepinay et le 2e Zouaves du commandant Arfouilloux, formant avec le II/68e R.A.A. le "Combat Command 3" aux ordres du colonel Caldairou
- le 9e R.C.A. (Régiment de Chasseurs d'Afrique) du lieutenant-colonel de la Barthe, unité de tanks destroyers
- le 3e R.C.A. du lieutenant-colonel Fouchet, unité de reconnaissance

3e RCA

En réserve générale, deux unités d'intervention rapide :
- le Bataillon de Choc du capitaine Hériard-Dubreuil
- le 2e Régiment de Spahis Algériens du colonel Lecoq, unité de reconnaissance

La 1ère Armée dispose de 2 unités spéciales de commandos :
- le Groupe Naval d'Assaut de Corse, formé en 1943 par le capitaine de frégate Sériot. Spécialisé dans la mise en oeuvre de canots pneumatiques, il réalise des missions de renseignements sur les côtes italiennes. Le 15 août 1944, il est chargé de l'opération "Rosie Force" entre le Trayas et Théoule. Échec sanglant. Par la suite, on lui confie des missions de protection dans les ports du Languedoc. En septembre 1944, il est dissous en Corse.

- le Groupe des Commandos d'Afrique unité de combat entraînée à Sidi-Ferruch, puis en Corse à Saint-Florent, au début de 1944. Il s'empare de l'île d'Elbe. Au sud de Salerne, il prépare l'opération "Romeo Force" qu'au cap Nègre il exécute avec brio. Tous volontaires, choisis avec soin, les commandos sont aptes au combat de nuit, au corps à corps et à l'infiltration loin derrière les lignes ennemies.

les Chocs à Toulon

Il convient d'insister sur la contribution magnifique des goumiers marocains à la libération de la Provence. Le G.T.M. (Groupe de Tabors Marocains) du général Guillaume est divisé en Tabors (bataillons) et Goums (compagnies). Il comprend :
- le 1er G.T.M. (2e, 3e et 12e Tabors) sous les ordres du colonel Leblane
- le 2e G.T.M. (1er, 6e et 5e Tabors) sous les ordres du colonel Boyer de la Tour
- le 3e G.T.M. (9e, 10e et 17e Tabors) sous les ordres du colonel Massiet du Biest.
Leurs pertes furent sévères.

2e GTM

Il convient également de citer les nombreuses unités des services :
- Transmissions
- Génie
- Train
- Matériel et Essences
- Intendance
- Service de santé (40 hôpitaux d'évacuation)
- Services de Renseignements

Durant l'opération "Dragoon", le soutien logistique qu'ils apportent aux unités au combat fut très efficace.


Les unités de l'Armée d'Afrique, aussitôt débarquées sur les plages de Provence, ne cesseront pas de se battre durant les mois suivants. Leur avance en pays provençal est marquée par le siège et l'assaut sanglant des places fortes allemandes, solides et à forte garnison, de Hyères, Toulon et Marseille.


Les Forces aériennes françaises au cours de la Libération de la Provence
Du 31juillet au 10 août 1944, les forces aériennes françaises exécutent des bombardements de précision à l'intérieur des terres. Sont visés ponts, voies de communication, terrains d'aviation.
Du 11 au 15 août, elles réalisent des attaques de batteries allemandes le long du littoral. À partir du jour J, elles s'en prennent directement à des positions d'artillerie et aux colonnes de la 19e Armée allemande dans la vallée du Rhône.

Le 20 août, pour la première fois depuis l'invasion de la zone libre par la Wehrmacht, des avions des Forces aériennes françaises se posent en territoire libéré sur la base aéronavale de Fréjus.

La flotte aérienne française se compose de :
- 1ère escadre de "Spiffire"
- 4eme escadre de P.47 "Thunderbolt"
- 4 groupes de bombardiers B.26 "Marauder"
- 1 escadrille de reconnaissance de "Spiffire"
- 1 escadrille de reconnaissance de P38 "Lightning"
- L'aéronavale dispose d'hydravions "Catalina" et "Walrus" basés en Corse.

2 commentaires:

  1. Bonjour,

    Très bon sujet et très complet !!
    La photographie du char léger M5 A1 du 3e RCA est probablement affecté au 4e Escadron de ce régiment, c'était le seul escadron équipé de ce modèle. Belle image et de plus rare pour ce régiment. Bonne continuation

    David BRUNEAUX
    3eregimentchasseursafrique.blogspot.com

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. M. Bruneaux. Dans votre blog sur le 3e Régiment de Chasseurs d'Afrique, auriez-vous trace d'un Pierre Sudre, mon pere, marechal des logis ? Merci

      Supprimer