Bienvenue sur le Blog d'Historine

Historine, rassemble chaque vendredi soir de 20 heures à minuit et un week-end par mois (les Rencontres Belliludistes Bordelaises) de 10 heures à minuit à Floirac (banlieue de Bordeaux) des passionnés de jeux d'Histoire, de stratégie et autres jeux de rôles où toute période est discutée et recréée : Antique, Médiéval, Renaissance, Guerre de Sécession, napoléonien, Seconde Guerre Mondiale... le choix est vaste !

Nous organisons également différents tournois nationaux (Flames of War, Fields of Glory, Twilight Struggle, DBA), suivez ce blog pour vous tenir au courant!

Pour nous joindre, vous pouvez utiliser cette adresse mail : bordeaux.historine(@)free.fr ou nous rejoindre sur notre forum

Bon jeu.

Retrouvez nous tous les vendredis soirs!

lundi 22 juin 2009

Les R35 dans la défaite

Historine continue son tour d'horizon des chars français après 1940. Aujourd'hui, les chars Renault R35.

Bonne lecture.

Les R35 après la défaite :
Après la défait de 1940, une grande partie des R35 (843 exactement) est tombé aux mains des forces allemandes.


131 ont été utilisés directement sous l’appellation Panzerkampfwagen 35R 731 (f). Une partie a été reconstruit et convertit, après avoir vu leur tourelle enlevée) en transport de munitions ou tracteurs d’artillerie.


Un grand nombre (174) a été converti en chasseur de char armé d’un canon de 47mm sous le vocable Panzerjäger I (4,7 cm PaK(t) auf Panzerkampfwagen 35R(f) ).

Certains ont été donnés (Italie : 124) ou vendus (Bulgarie :environ 40). Les Renault R.35 italiens furent donc répartis entre les CI° et CII° battaglioni du 131° Reggimento Fanteria Carrista, destiné à la défense de la Sicile. Les tourelles des chars des trois compagnies du CI° battaglione étaient décorées de l'emblème d'un poulain cabré pour la 1ère, d'une tête de bélier pour la 2ème et d'éclairs pour la 3ème. Quant aux chars du CII° battaglione, une couleur de jeu de cartes était peinte de chaque côté de leur tourelle.



Lors de l'invasion de la Sicile, en juillet 1943, ces deux bataillons furent scindés en 7 groupes mobiles postés à la défense des terrains d'aviation. Les chars du CI° bataillon étaient répartis entre les groupes D (2 R.35 de commandement du bataillon et 13 de la 3ème compagnie) à Miterbianco, E (15 R.35 de la 1ère compagnie) à Niscemi, F (10 R.35 de la 2ème compagnie) à Rosolino et G (1er peloton de la 2ème compagnie) à Comiso. Ces quatre groupes dépendaient du XIV° CdA.



Quant aux chars du CII° bataillon, ils étaient répartis entre les groupes A (4ème compagnie) à Paceco, B (6ème compagnie) à Santa Ninfa et C (5ème compagnie) à Portella Misilbesi. Ces trois groupes soutenaient l'action du XIII° CdA, et plus précisément de la division Assietta. Ils se sacrifièrent le 31 juillet, gagnant ainsi une citation au bulletin de guerre.



La Roumanie récupéra 34 R 35s en provenance du 21ème bataillon de chars légers Polonais quand celui passa la frontière en 1939 pour échapper à la capture. 33 des chars roumains furent reconstruit en 1943 et 1944 avec un canon de 45mm russe. 3 véhicules polonais furent capturés par les Hongrois.

R35 roumains

Les Suisses récupèrent 12 R35 échappés de France en 1940. Après la victoire allemande contre la Yougoslavie en 1941, le nouvel état indépendant de Croatie récupéra une partie des R35 survivants des affrontements avec la 11ème Panzer Division du 13 et 14 avril 1941.

En 1944, 14 R 35 servent de chars d’entraînement dans la 7ème armée au sein du 100ème bataillon de char d’entraînement. Le 6 juin 1944, ils sont la première unité disponible envoyée en renfort pour combattre les parachutistes US prés de Sainte-Mère-Église. Lors d’une contre attaque du 1057ème régiment de Grenadier, des R35 percèrent les lignes américaines et atteignirent le poste de commandement du 1er bataillon, 505ème Régiment de parachutistes avant d’être détruits à coups de bazooka.

R35 capturés en normandie

Post Guerre : Syrie 1948
Les derniers combats du R35 eurent lieu le 20 mai 1948. 5 R 35s prirent part l’assaut syrien sur le kibboutz de Degania en Galilée. Les défenseurs armés d’un canon antichar de 20 mm et de cocktails Molotov, réussirent à détruire 3 R 35 et obligèrent les deux survivants à retraiter. Un des R35 détruits est resté au kibboutz servant de mémorial de la guerre d’indépendance de 1948. Certains des chars syriens avaient été réarmés de canons de 40mm anglais.

R35 syrien au mémorial de Degania

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire