Bienvenue sur le Blog d'Historine

Historine, rassemble chaque vendredi soir de 20 heures à minuit et un week-end par mois (les Rencontres Belliludistes Bordelaises) de 10 heures à minuit à Floirac (banlieue de Bordeaux) des passionnés de jeux d'Histoire, de stratégie et autres jeux de rôles où toute période est discutée et recréée : Antique, Médiéval, Renaissance, Guerre de Sécession, napoléonien, Seconde Guerre Mondiale... le choix est vaste !

Nous organisons également différents tournois nationaux (Flames of War, Fields of Glory, Twilight Struggle, DBA), suivez ce blog pour vous tenir au courant!

Pour nous joindre, vous pouvez utiliser cette adresse mail : bordeaux.historine(@)free.fr ou nous rejoindre sur notre forum

Bon jeu.

Retrouvez nous tous les vendredis soirs!

mercredi 28 octobre 2009

Les Forteresses Templières (1)

Historine aujourd'hui s'intèresse aux différentes forterresses Templières dressent fièrement leurs tours et leurs murs sur bien des collines, tant au Moyen Orient qu'en Europe ...

Voici un petit bout d'Histoire et un peu géographie !!

Bonne lecture.

Forteresses templières :

En orient :
Pour pallier la faiblesse de leurs effectifs, les croisés entreprirent la construction de forteresses dans les États latins d'Orient. Les Templiers ont participé à cet élan en faisant édifier pour leur besoin de nouveaux châteaux forts.


Ils entreprirent également de reconstruire ceux qui avaient été détruits par Saladin vers 1187 et acceptèrent d'occuper ceux que les seigneurs d'Orient (ou d'Espagne) leur donnaient faute de pouvoir les entretenir. Certains d'entre eux permettaient de sécuriser les routes fréquentées par les pèlerins chrétiens autour de Jérusalem. Servant d'établissement à la fois militaire, économique et politique de l'ordre, la place forte représentait pour les populations musulmanes un centre de domination chrétienne. Les Templiers occupèrent un nombre plus important de places fortes dans la péninsule ibérique afin de participer à la Reconquista.


Au XIIe siècle, après la chute de la ville de Jérusalem devant les forces de Saladin en 1187, les Templiers parvinrent à résister quelques mois dans certaines de leurs places fortes mais, peu à peu, en perdirent la plus grande partie.


Il fallut attendre l'issue de la troisième croisade, menée par les rois de France, d'Angleterre et l'empereur d'Allemagne, pour que les Templiers reconstituassent leur dispositif militaire en Terre sainte.

Au XIIIe siècle, dans le royaume de Jérusalem, les Templiers possédaient quatre forteresses :
le château Pèlerin construit en 1217-1218, la forteresse de Safed reconstruite en 1240-1243, le château de Sidon et la forteresse de Beaufort tous deux cédés par Julien, seigneur de Sidon en 1260.


Le château de Beaufort, appellé aussi Qalaat ash-Shqif en arabe (le château du haut du rocher), a été construit en 1139 par les croisés après la première croisade. On sait que les croisés y possédaient, en plus des forces armées, un tribunal, ce qui permet de conclure que le fort devait servir de centre administratif pour toute la région. Lors des avancées militaires du chef mamelouke, Baïbars, dans les années 1266-1268, le fort fut repris par les musulmans. C’est le 15 avril 1268 que les templiers perdirent le château.


Dans le comté de Tripoli, ils disposaient du château de Tortose reconstruit en 1212, d'Arima et du Chastel Blanc.

Tortose

Le Chastel Blanc couronne une éminence qui s'élève à 380 mètres au-dessus de la plaine. Le donjon occupe le point culminant. Deux enceintes s'étagent sur les pentes de la colline; la première constitue un ovale presque régulier. Elle s'étend sur 175 m de long et, dans sa plus grande largeur, sur une centaine de mètres..

Chastel Blanc

Au nord, dans la principauté d'Antioche, les places fortes templières étaient Baghras (Gaston) récupérée en 1216, ainsi que Roche de Roissel et Roche-Guillaume qu'ils détenaient toujours, Saladin ayant renoncé à les conquérir en 1188.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire