Bienvenue sur le Blog d'Historine

Historine, rassemble chaque vendredi soir de 20 heures à minuit et un week-end par mois (les Rencontres Belliludistes Bordelaises) de 10 heures à minuit à Floirac (banlieue de Bordeaux) des passionnés de jeux d'Histoire, de stratégie et autres jeux de rôles où toute période est discutée et recréée : Antique, Médiéval, Renaissance, Guerre de Sécession, napoléonien, Seconde Guerre Mondiale... le choix est vaste !

Nous organisons également différents tournois nationaux (Flames of War, Fields of Glory, Twilight Struggle, DBA), suivez ce blog pour vous tenir au courant!

Pour nous joindre, vous pouvez utiliser cette adresse mail : bordeaux.historine(@)free.fr ou nous rejoindre sur notre forum

Bon jeu.

Retrouvez nous tous les vendredis soirs!

mardi 26 avril 2011

La règle Check Your 6 (CY6) - (2)

Historine joue en ce moment à une règle de combats aériens nommée "Check Your 6" (CY6). Voici un petit résumé complet d'une partie par nos deux comparses Damien et Pascal. Pour les photos, voir l'article précédent sur la partie endiablée jouée autour de la bataille de Halhin Gol.

Bonne lecture.

Tout commença par une belle matinée de juin 1939. Une patrouille  japonaise de deux Ki 27 "NATE" et une patrouille russe composée de six Polikarpov I-16 retournent réciproquement à leur base après d’intenses combats. Mais le destin et la mort en avaient décidé autrement.  La danse écarlate en ce début de conflit mondial naissant joue à nouveau sa partition mortelle.

Au niveau des forces en présence il n’y a pas photo, le scénario est déséquilibré et la règle l’assume d’où l’intérêt à Check Your Six! (CY6) de jouer de l’historique, la stratégie aérienne est ainsi mise à l’honneur pour sortir de situations d’infériorité.

La preuve : 6 Polikarpov armés de quatre mitrailleuses contre 2 Ki-27 japonais armés de deux mitrailleuses.
Egalité pour la robustesse, les deux avions sont au niveau zéro c’est-à-dire qu’un seul tir et c’est le tapis garanti ou presque. En revanche, les Ki sont plus maniables (malgré leur envergure) et les pilotes plus chevronnés.

Les deux formations se font face mais les japs dirigés par Damien profitent du soleil dans leur dos pour aveugler momentanément les russes (pilotés par Pascal et Cyril) et rendre leur repérage difficile.

Une fois repérés, les russes cassent leur formation de combat et s’orientent vers les Ki qui en ont profité pour se décaler sur leur flanc gauche afin d’éviter le gros de la meute.

Au premier passage, les Ki tentent un coup de bluff et se lancent dans un retournement en split-s alors que les russes s’attendaient à un premier tir en rafale en face à face. Bénéficiant de l’effet de surprise et de l’affolement des pilotes russes subjugués par l’audace des pilotes du soleil levant, les japonais ne loupent pas la seconde occasion de faire mouche face à deux Polikarpov qui avaient pu se retourner.
Une première rafale vient percer un réservoir, la seconde transforme le Ruskov en boule de feu et l’I-16 va s’écraser sur le plancher des vaches. Une partie de l’escadrille russe qui s’était dispersée pour croiser leur feu meurtrier sur les zéké revient plus près des cibles et commence à les arroser.

Les Ki encaissent (et là merci les dés!) malgré quelques gros impacts sur la voilure. Les Ki continuent l’hécatombe après un virage serré à droite et envoient au tapis deux autres I-16. La confusion est telle dans les rangs russes et la vodka faisant effet dans les cockpits que deux pilotes russes se percutent en plein vol (et oui pas de radio dans les I-16 en 1939 !).

Le dernier I-16 en état de vol, déjà touché, doit faire un test de compétence si il veut se retourner. Après un long virage à gauche pour éviter de tester il tente de se retourner pour faire face aux deux Ki qui le prennent en chasse pour une mise à mort dans les règles de l'art. Malheureusement au moment d’effectuer son split-s le jeune pilote avec préalablement un dégât moteur augmente le niveau d’oxygène lors de sa descente et provoque une explosion dans son compartiment hélice et plonge en flèche vers le sol.

Les deux pilotes japonais rentrent à la base avec leur zincs percés de toute part mais fiers d’avoir servi encore une fois jusqu’à la mort l’Empereur et le peuple japonais. Ils seront promus vétérans pour leur prochaine mission pour cet acte d’héroïsme.

Une pensée pour nos pilotes russes morts au combat, Pascal et Cyril, qui ne manqueront pas de prendre leur revanche.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire