Bienvenue sur le Blog d'Historine

Historine, rassemble chaque vendredi soir de 20 heures à minuit et un week-end par mois (les Rencontres Belliludistes Bordelaises) de 10 heures à minuit à Floirac (banlieue de Bordeaux) des passionnés de jeux d'Histoire, de stratégie et autres jeux de rôles où toute période est discutée et recréée : Antique, Médiéval, Renaissance, Guerre de Sécession, napoléonien, Seconde Guerre Mondiale... le choix est vaste !

Nous organisons également différents tournois nationaux (Flames of War, Fields of Glory, Twilight Struggle, DBA), suivez ce blog pour vous tenir au courant!

Pour nous joindre, vous pouvez utiliser cette adresse mail : bordeaux.historine(@)free.fr ou nous rejoindre sur notre forum

Bon jeu.

Retrouvez nous tous les vendredis soirs!

mardi 8 décembre 2009

Les Portes avions américains (Seconde Guerre Mondiale) (2)

Historine continue son étude des portes-avions américains durant la 2nd GM.

Bonne lecture.

Le nouveau concept tactique d'emploi des portes-avions :
La véritable reconquête du Pacifique commence fin août 1943. Les Américains groupent leurs grands porte-avions et les porte-avions légers dans une flotte subdivisée en Task Group de trois ou quatre porte-avions accompagnés de bâtiments d’escorte. La première offensive, début septembre 1943, dans le Pacifique central, rassemble six porte-avions dont trois Essex. En juillet 1945, la 3e Flotte qui attaque le Japon dispose de quinze porte-avions dont neuf Essex.
Deux batailles de porte-avions se déroulent en 1944. La bataille des Mariannes (de la mer des Philippines pour les Américains), les 19 et 20 juin, oppose quinze porte-avions américains et neuf japonais. Cette fois, les Américains maîtrisent l’usage du radar et dirigent les chasseurs sur les vagues d’avions japonais qui sont interceptées bien avant d’arriver en position d’attaque. C’est le fameux « tir au pigeon des Mariannes » (Marianas Turkey Shoot) du 19 juin. Trois porte-avions japonais sont coulés, dont deux par des sous-marins. Lors de la bataille de Leyte, les 24 et 25 octobre, les Américains perdent un porte-avions léger, le Princeton, attaqué par des avions basés à terre le 24 octobre, mais les Japonais y laissent leurs quatre derniers porte-avions opérationnels, sacrifiés comme appâts le 25 au large du cap Engano.
Trois groupes, totalisant seize porte-avions d’escorte, sont surpris le matin du 25 octobre par des cuirassés et des croiseurs japonais (bataille de Samar). Ils parviennent à en réchapper, les obus de rupture ne faisant que traverser les coques, trop minces pour faire déclencher les fusées, et un seul porte-avions, le Gambier Bay, est coulé. Ces rescapés sont alors attaqués par les premiers kamikazes
qui coulent le Saint Lo et avarient six autres porte-avions.
Lors des campagnes d’Iwo Jima et d’Okinawa, les kamikazes attaquent en priorité les porte-avions dont beaucoup sont touchés et généralement mis hors de combat pour un temps plus ou moins long. Deux bâtiments type Essex, hangar incendié, seront sauvés de justesse : le Franklin, touché par une bombe le 19 mars 1945 (724 morts) et le Bunker Hill, atteint par deux kamikazes le 11 mai (389 morts).
La composition du groupe aérien embarqué a évolué. Le nombre d’avions torpilleurs et de bombardiers en piqué a diminué au profit de véritables chasseurs bombardiers.
 
Le Wasp (CV 18) embarque ainsi en juin 1945 cent avions, dont 70 chasseurs bombardiers (34 Grumman F6F Hellcat, 36 Vought F4U Corsair), 15 bombardiers (Curtiss SB2C Helldiver) et autant d’avions torpilleurs (Grumman TBF Avenger).
Les Américains ont mis 103 porte-avions en service entre décembre 1941 et août 1945 : 17 type Essex, dont quatorze ont été engagés, neuf porte-avions légers et 77 porte-avions d’escorte. Ils ont perdu onze bâtiments, dont six porte-avions d’escorte.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire