Bienvenue sur le Blog d'Historine

Historine, rassemble chaque vendredi soir de 20 heures à minuit et un week-end par mois (les Rencontres Belliludistes Bordelaises) de 10 heures à minuit à Floirac (banlieue de Bordeaux) des passionnés de jeux d'Histoire, de stratégie et autres jeux de rôles où toute période est discutée et recréée : Antique, Médiéval, Renaissance, Guerre de Sécession, napoléonien, Seconde Guerre Mondiale... le choix est vaste !

Nous organisons également différents tournois nationaux (Flames of War, Fields of Glory, Twilight Struggle, DBA), suivez ce blog pour vous tenir au courant!

Pour nous joindre, vous pouvez utiliser cette adresse mail : bordeaux.historine(@)free.fr ou nous rejoindre sur notre forum

Bon jeu.

Retrouvez nous tous les vendredis soirs!

jeudi 3 décembre 2009

Les forces polonaises en septembre 1939 (4)

Historine poursuit son étude des forces polonaises en 1939. Voici un petit topo sur les différentes armes composant l'armée polonaise.

Bonne lecture.

Les Forces Polonaises:
L’infanterie
Malgré une légende très répandue, la cavalerie n'est pas l'élément principal de l'armée polonaise, c'est l'infanterie. Elle reste tout de même l'élite de l'armée. La Pologne compte ainsi 30 divisions d'actives à la veille de la guerre et 9 de réserve qui n'auront pas le temps d'intervenir. Ces divisions (les 30) forment un total de 84 régiments d'infanterie et 6 de montagne. Voici la composition d'une division d'infanterie :
•    3 régiments d'infanterie;
•    1 régiment d'artillerie légère;
•    1 bataillon d'artillerie lourde (12 pièces);
•    1 bataillon du génie;
•    1 compagnie de communication;
•    1 batterie antiaérienne.
Les divisions sont directement versées dans des armées, les corps d'armée n'existant pas chez les Polonais.

Un entraînement et un moral à tout épreuve caractérise le fantassin polonais. Il combat pour la sauvegarde de son pays ce qui motive davantage son travail. Néanmoins, le fantassin polonais souffre de son manque de puissance de feu, de sa faible mobilité et enfin de sous-officiers souvent moins compétents que ceux de la Wehrmacht, les officiers sont de bons commandants, surtout les subalternes.

La cavalerie

Comme il a été dit, l'armée polonaise possède de moins en moins de cavalerie et celle qui reste n'a jamais attaqué les Panzer allemands à la lance. Cette légende a été fabriquée par la propagande nazie pour démontrer la supériorité technique des Allemands.
La cavalerie polonaise équestre disparaît en 1937 et à la veille de la guerre, l’armée polonaise compte 11 brigades de cavalerie dont voici la formation :
•    3 ou 4 régiments de cavalerie;
•    1 escadron d'artillerie légère (12 pièces);
•    une batterie anti-aérienne;
•    une compagnie du génie;
•    des unités du service.
Malgré sa puissance, la brigade de cavalerie est obsolète en ce qui concerne la guerre moderne, en effet, la brigade qui est l'échelon le plus élevé en ce qui concerne la cavalerie ne permet pas d'actions d'envergure.

Les blindés
Malgré l'omniprésence du cheval dans l'armée polonaise, cette dernière possède des chars mais ceux-ci sont comme dans l'armée française, utilisés au sein de petites unités contrairement aux Allemands. Ces unités consistent en des bataillons ou des compagnies. Néanmoins, il existe deux brigades blindées.
Les unités indépendantes sont au nombre de 8 (3 bataillons et 5 compagnies) constituées soit de chars Renault R-35, soit de chars 7TP polonais.


De plus, toutes les brigades de cavalerie et 11 divisions d'infanterie comptent dans leurs rangs une compagnie blindées de reconnaissance. Voici les effectifs en blindés de l'armée polonaise :
•    139 chars polonais 7TP;
•    102 chars Renault FT-17;
•    38 chars Vickers;
•    574 chenillettes de reconnaissance;
•    100 automitrailleuses Wz;
•    10 trains blindés.

L’artillerie
Chaque division d'infanterie compte un régiment d'artillerie légère (36 pièces) et un bataillon d'artillerie lourde (12 pièces). L'armée polonaise comprend aussi des unités autonomes qui sont constituées de 23 groupes d'artillerie lourde, 3 groupes d'artillerie super-lourde, 20 sections d'artillerie légère. La plupart de ces unités sont encore, pour la grande majorité, hippomobiles.

L'armée polonaise comprend aussi de l'artillerie antichar à la fois dans la cavalerie et l'infanterie. Cette artillerie comprend 1 200 canons de 27 mm Bofors. L'artillerie anti-aérienne est par contre faiblement lotie (462 canons en tout).

L’aviation et la marine
En Pologne, l'aviation militaire dépend directement de l'armée de l'air ; les quelques hydravions dépendent, eux, de la marine. En 1939, la modernisation de l'aviation est loin d'être arrivée à son terme et la majorité des avions de chasse est encore composée d'anciens modèles datant de 1930. Il y a moins de 200 bombardiers polonais modernes PZL P.37 Łoś (pl) bimoteurs et PZL P.23 Karas monomoteurs de bombardements tactiques.

PZL P.37

PZL P.23 Karas
La chasse comprend environ 200 appareils PZL P-7 et PZL P-11 ainsi que divers appareils de reconnaissance et de bombardement, soit en tout à peine près de 700 appareils militaires.

PZL P11

 PZL P7
La marine polonaise comprend des navires assez modernes, comparativement au reste de son armée. Toutefois, Dantzig étant le seul port militaire polonais, ces navires sont en trop faible nombre. Les navires sont organisés en 3 escadres :
•    une escadre de destroyers;
•    une escadre de sous-marins;
•    une escadre de mouilleurs de mines.
Lors de l’assaut allemand, les principaux navires polonais seront envoyés en Angleterre.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire