Bienvenue sur le Blog d'Historine

Historine, rassemble chaque vendredi soir de 20 heures à minuit et un week-end par mois (les Rencontres Belliludistes Bordelaises) de 10 heures à minuit à Floirac (banlieue de Bordeaux) des passionnés de jeux d'Histoire, de stratégie et autres jeux de rôles où toute période est discutée et recréée : Antique, Médiéval, Renaissance, Guerre de Sécession, napoléonien, Seconde Guerre Mondiale... le choix est vaste !

Nous organisons également différents tournois nationaux (Flames of War, Fields of Glory, Twilight Struggle, DBA), suivez ce blog pour vous tenir au courant!

Pour nous joindre, vous pouvez utiliser cette adresse mail : bordeaux.historine(@)free.fr ou nous rejoindre sur notre forum

Bon jeu.

Retrouvez nous tous les vendredis soirs!

mercredi 17 juin 2009

Le nashorn (1)

Historine s'intéresse à l'un des plus redoutables chasseurs de chars produits lors de la seconde guerre mondiale : le Nashorn (ou Hornisse).

Le Nashorn :
Après que les Allemands eurent pris la mesure des nouveaux chars soviétiques tels le T-34 ou le KV au cours de l’opération Barbarossa, le besoin d’un chasseur de char capable de détruire ces chars lourdement blindés devint évident.

A l’hiver 1941, les allemands décidèrent d’utiliser les châssis des Panzer III’s ou Panzer IV pour les transformer en chasseurs de chars. Cependant, les châssis n’étaient pas adaptés pour pouvoir être transformés en chasseurs de chars de manière rapide et simple … du coup, l’idée d’utiliser ces châssis est rejetée.



En février 1942, la société d’armement Alkett (Altmärlische Kettenwerke GmbH) de Berlin conçut un chasseur de chars en partant du nouveau châssis (Geschutzwagen III/IV) qu’elle venait de développer et qui, utilisait des composants des Panzer III et Panzer IV. Ce chasseur de char prend le nom de Hornisse ( Frelon). Ce châssis est aussi celui utilisé pour le Hummel (canon automoteur d’artillerie). Comme pour le Hummel, pour s’adapter au long et lourd canon, la coque avait dû être allongée et le moteur transféré de l’arrière au centre du châssis.



Le canon de DCA de 88 mm (PaK) 43/1 L/71, un canon anti-char pourvu d’un long tube, fut monté à l’arrière du châssis avec son bouclier protecteur.Une structure sans toit fut construite autour du canon pour donner à l’équipage une certaine protection. Le canon avait les mêmes gisement et élévation que s’il avait été sur son propre affût: 15° de chaque côté et -5° à + 15° en élévation. Des considérations de poids eurent pour effet qu’il fallu limiter la quantité de blindage protégeant le poste de combat, l’équipage (4 ou 5 hommes) étant seulement protégé du souffle des explosions et des armes légères.

Présenté en octobre 1942, le prototype est accepté et rentre en production pour une livraison des premières pièces en mai 1943.



Dés la mi-1943, un nouveau modèle du Hornisse fut mis en production. Ce modèle comportait une modification du bouclier frontal du conducteur avec d’autres petites différences. La différence entre ce modèle et son prédécesseur, dont peu d’exemplaires avaient été construits, pouvait à peine être distinguée. Le 24 (ou 27 février 1944), le nom est changé en Nashorn (rhinocéros).

La production totale des Hornisse et Nashorn s’éleva à 494 (474 Nashorn et 20 Hornisse) véhicules, dont la plupart furent construits en 1943. En tant que chasseur de chars, il fut rapidement remplacé par de nouveaux modèles, tels le Jagdpanzer IV et le Jagdpanther. Toutefois la production continua, bien qu’à une cadence assez lente jusqu’en 1945.



Le canon du Nashorn était un des canons anti-chars les plus efficaces à avoir été déployés au cours de la guerre. Cependant, le peu d’espace disponible ne permettait l’emport que 24 à 40 obus. Cet obus souscalibré pourvu d'un cœur au carbure de tungstène, Pzgr. 40/43, était capable de pénétrer 190 mm de blindage d’acier à un angle de 30° à une distance d’impact de 1000 m. Les qualités exceptionnelles du canon permettaient au Nashorn d’engager les chars ennemis alors qu’il se trouvait hors de leur portée. Cependant, dépourvu d’une mitrailleuse de caisse, l’équipage devait embarquer en supplément une Mg 34 ou 42.



Période de production:
Février à décembre 1943 : 345 unités
Février à Novembre 1944 : 133 unités
Janvier à mars 1945 : 16 unités

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire