Bienvenue sur le Blog d'Historine

Historine, rassemble chaque vendredi soir de 20 heures à minuit et un week-end par mois (les Rencontres Belliludistes Bordelaises) de 10 heures à minuit à Floirac (banlieue de Bordeaux) des passionnés de jeux d'Histoire, de stratégie et autres jeux de rôles où toute période est discutée et recréée : Antique, Médiéval, Renaissance, Guerre de Sécession, napoléonien, Seconde Guerre Mondiale... le choix est vaste !

Nous organisons également différents tournois nationaux (Flames of War, Fields of Glory, Twilight Struggle, DBA), suivez ce blog pour vous tenir au courant!

Pour nous joindre, vous pouvez utiliser cette adresse mail : bordeaux.historine(@)free.fr ou nous rejoindre sur notre forum

Bon jeu.

Retrouvez nous tous les vendredis soirs!

vendredi 12 juin 2009

Les StuGs (7)

Historine poursuit son étude des Stugs avec un petit mémo sur l'utilisation des Stugs en campgne depuis l'origine jusqu'en 1945.

Les Stugs depuis l’origine


Les 24 premiers Stugs produits équipèrent les Sturmartillerie Batteries 640, 659, 660 et 665 et servirent pour la première fois lors de la campagne de France. Chaque batterie avait 6 canons d’assaut répartis en 3 sections de deux pièces chacune. La Sturmartillerie Battery 640 devint un élément organique du régiment d’infanterie Grossdeutschland et fut renommée 16ème Sturmartillerie. Les 6 derniers Stugs furent affectés à la « SS Sturmartillerie battery » de la division Leibstandarte SS Adolf Hitler. 2 batteries supplémentaires furent crées mais ne virent pas les combats en France.

En août 1940, les unités de Sturmartillerie sont réorganisées en Abteilungen (bataillions) avec 18 canons d’assaut répartis en 3 batteries de 6 canons chacune.

Début 1941 les bataillons sont renommés Sturmgeschütz Abteilungen et les batteries en Sturmgeschütz Batteries. Les bataillons gardent leurs 18 engins.

Au printemps 1941, toutes les Sturmgeschütz Batteries voient le nombre d’engins passer à 7.

En 1942, avec l’introduction du Stug III à canon long (75mm L/43 and L/48), les Sturmgeschütz Abteilungen sont modifiés et le nombre d’engins passe à 28 par batillons. Chaque bataillon garde le même nombre de batterie (3) mais le nombre d’engins par section passe à 3.

En novembre 1942, les Sturmgeschütz Abteilungen sont réformés à nouveau et le nombre d’engins augmenté à 31 par bataillon avec l’adjonction de 3 engins pour les commandant de batteries. Ce type d’organisation est souvent référencé comme étant une Sturmgeschütz Brigade. Ce terme restera jusqu’à la fin de la guerre.

En juin 1944, une nouveau schéma d’organisation apparaît : la Sturmartillerie Brigade aligne 45 canons d’assaut incluant 33 StuG III/IV (75mm L/48) et 12 StuH 42 (105mm L/28). La brigade a 3 batteries avec 2 Stugs de commandement, chaque batterie alignant 2 sections de 4 Stugs et une de 4 StuH 42. Cette organisation perdure jusqu’à la fin de la guerre. En réalité, cette organisation type n’est presque jamais atteinte et seules les plus favorisées ou chanceuses des formations reçoivent une dotation en équipement et engins complètes.

Jusqu’à la fin de la guerre, les Stugs sont souvent affectés en remplacements des chars et/ou des chasseurs de chars. A partir de 1944, les Stugs sont utilisé en remplacement de la dotation en Pz III, Pz IV voir des Panthers dans les bataillons blindés.

Durant le cours de la guerre, les Stugs furent affectés aux Sturmartillerie Batteries, Sturmgeschütz Abteilungen, Sturmgeschütz Brigades, Sturmartillerie Brigades, Ersatz (Reserve) Abteilungen et Funklenk (engins de démolitions radios contrôlés) Compagnies. Le canon d’assaut StuG III a servi sur tous les fronts de la seconde guerre mondiale jusqu’à la fin de la guerre. Seules les les divisions d’élites de la Wehrmacht (e.g. Grossdeutschland) et de la Waffen SS (e.g. LSSAH, Das Reich, Totenkopf) eurent des Sturmgeschützbrigaden en permanence tout au long du conflit.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire