Bienvenue sur le Blog d'Historine

Historine, rassemble chaque vendredi soir de 20 heures à minuit et un week-end par mois (les Rencontres Belliludistes Bordelaises) de 10 heures à minuit à Floirac (banlieue de Bordeaux) des passionnés de jeux d'Histoire, de stratégie et autres jeux de rôles où toute période est discutée et recréée : Antique, Médiéval, Renaissance, Guerre de Sécession, napoléonien, Seconde Guerre Mondiale... le choix est vaste !

Nous organisons également différents tournois nationaux (Flames of War, Fields of Glory, Twilight Struggle, DBA), suivez ce blog pour vous tenir au courant!

Pour nous joindre, vous pouvez utiliser cette adresse mail : bordeaux.historine(@)free.fr ou nous rejoindre sur notre forum

Bon jeu.

Retrouvez nous tous les vendredis soirs!

jeudi 4 février 2010

La 13e Demi Brigade de la Légion Etrangère (4)

Historine poursuiit et termine son historique de la 13e DBLE. Voici aujourd'hui ce qu'elle est devenue aprés la fin de la 2nd Guerre Mondiale. 

Bonne lecture.

La 13e Demi Brigade de la Légion Étrangère de 1945 à 2010:
Elle embarque à nouveau pour l'Afrique du Nord en août 1945 et, quatre mois plus tard, elle est désignée pour faire partie du corps expéditionnaire en Extrême-Orient. Elle débarque en Indochine à partir de mars 1946. Jusqu'en 1951, elle participe aux opérations en Cochinchine, au Cambodge, au Centre Annam. Il n'est pas possible de relater succinctement tous les faits d'armes de cette époque tant ils sont nombreux. La lecture des citations attribuées en donne un aperçu. Le nombre de ses morts tombés au Champ d'Honneur atteste de l'âpreté des combats : 80 officiers, 307 sous-officiers, 2334 légionnaires. A partir de 1951, la 13 va s'illustrer au Tonkin, notamment à Hoa Binh et à Xom-Pheo.
Les 1er et 3e bataillons sont transportés à Dien Bien Phu où ils combattront jusqu'au sacrifice total lors de l'attaque du point d'appui Béatrice. Pour la 13e DBLE, le bilan est lourd : trois cent trente officiers, sous-officiers et légionnaires sont présumés tués, disparus ou prisonniers. Elle y perd également son chef de corps le lieutenant-colonel GAUCHER.
 
En 1955, formant l'arrière-garde des forces terrestres du Nord Vietnam, la 13 est la dernière à quitter le Tonkin et, après un bref séjour au Sud Vietnam, elle rejoint l'Algérie et la Tunisie. Bientôt regroupée, la 13 est engagée dans le Sud puis le Nord constantinois. Dans les Nementcha, durant deux années, elle justifie son appellation d'unité de montagne. Elle déblaie les pistes, découvre des dépôts de munitions. Elle obtient des succès dans la tâche de pacification qui lui est assignée en pourchassant sans cesse les bandes de hors-la-loi.

En 1957, elle passe dans les Aurès, coeur de la rébellion. En octobre 1958, réorganisée en 2 bataillons, elle devient unité d'intervention. Basée à Batna, ses unités sillonnent les djebels de Kabylie, les forêts du Nord constantinois, les pitons de l'Atlas blidéen. 
 
En janvier 1960, la 13 se retrouve à Alger puis de nouveau dans les Aurès.  Fin avril 1962,après le cessez-le-feu de mars 1961, un premier détachement embarque à destination de la Côte française des Somalis avant d'être rejoint au mois d'octobre par le chef de corps et le reste du régiment.
Depuis l'accession à l'indépendance de la République de Djibouti, la 13e DBLE participe à la défense de ce territoire. Elle est aussi engagée dans des "opérations extérieures" (en Somalie aux côtés des Américains,au Yémen en 1994 au Rwanda dans le cadre de l'opération Turquoise, dans le cadre de l'opération Licorne en Côte-d'ivoire)... 
Elle est donc sur tous les fronts dans la droite lignée de sa légende forgée à Narvik et Bir-Hakeim.
Composition
Elle se compose de 5 compagnie
-une compagnie de commandement et de logistique (CCL)
-une compagnie d'infanterie (tournante)
-une compagnie de maintenance (mixte)
-une compagnie de génie (tournante)
-un escadron blindé (EB)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire