Bienvenue sur le Blog d'Historine

Historine, rassemble chaque vendredi soir de 20 heures à minuit et un week-end par mois (les Rencontres Belliludistes Bordelaises) de 10 heures à minuit à Floirac (banlieue de Bordeaux) des passionnés de jeux d'Histoire, de stratégie et autres jeux de rôles où toute période est discutée et recréée : Antique, Médiéval, Renaissance, Guerre de Sécession, napoléonien, Seconde Guerre Mondiale... le choix est vaste !

Nous organisons également différents tournois nationaux (Flames of War, Fields of Glory, Twilight Struggle, DBA), suivez ce blog pour vous tenir au courant!

Pour nous joindre, vous pouvez utiliser cette adresse mail : bordeaux.historine(@)free.fr ou nous rejoindre sur notre forum

Bon jeu.

Retrouvez nous tous les vendredis soirs!

mardi 9 février 2010

L'Arme Blindée Japonaise en 1939 -1945 (1)

Historine s'intèresse aujourd'hui à l'Arme Blindée Japonaise en 1939 -1945.

Bonne lecture.

L'Arme Blindée Japonaise:
Les Japonais eurent le tort de faire leurs premières armes contre la Chine, un pays agricole et dont l'armée n'avait pas la moindre arme antichar. Ils développèrent un sentiment d'invincibilité qui leurs sera fatal contre les nations industrielles de l'Occident puis contre les Russes. Les chars japonais reflètent cet aveuglement. La grande majorité des modèles produits sont des chars trop légers, mal protégés et insuffisamment armés. L'avertissement de Kalkin Gol, une terrible défaite infligée par les Russes pendant l'été 1939 en Mongolie, ne leurs servit pas de leçon.

Les Japonais eurent bien quelques velléités de créer de grandes unités blindées. Quelques unes (divisions mais surtout brigades) virent le jour en Mandchourie. Le Haut Commandement japonais n'utilisa jamais ses chars par grandes unités. Il est vrai que les chars n'eurent qu'un rôle accessoire sur le théâtre principal du Pacifique, où les distances et les difficultés logistiques empêchaient l'emploi massif des tanks. Ce n'est qu'en Birmanie qu'une utilisation plus intelligente de l'arme blindée aurait pu faire une différence.
Le Japon fut, dans le choix de son matériel, d'un conservatisme étroit, confinant à la sclérose. Alors que des meilleurs remplaçants étaient prêts à entrer en service, des chars désuets continuaient à être produits. Le cas se présenta aussi bien pour les chars légers que pour les chars moyens.

Pourtant, tout n'est pas à jeter dans l'arme blindée japonaise. Tous les modèles furent très fiables mécaniquement et leur autonomie était souvent remarquables. Pour économiser le précieux carburant, les Japonais furent les premiers à mettre au point un moteur diesel utilisable dans les chars en 1932. Quasiment tous leurs modèles reçurent un moteur diesel après 1934, les plaçant devant toutes les autres nations du monde, Russes compris. Les Japonais furent également des pionniers pour les chars amphibies, quoique très peu furent effectivement utilisés au combat.
Quelques chiffres
Entre 1931 et 1945, le Japon produisit 6450 chars. La moitié (3300) le furent par la seule firme Mitsubishi. Entre 1940 et 1945, la production est de 4424, soit une moyenne annuelle comparable à celle de l'Italie. La meilleure année fut 1942 avec 1290 exemplaires sortis. Pour un pays ayant le potentiel industriel du Japon, c'est modeste. La priorité n'alla à l'arme blindée que quand il fut trop tard. Avant cela, la marine et l'aviation, armes beaucoup plus prestigieuses, eurent la part du lion des ressources disponibles.

A partir de 1943, la production commence à s'effondrer (130 chars produits en 1945 !) tant sous les coups des bombardiers américains que par manque de matières premières (les sous-marins américains se chargent d'envoyer de par le fond la flotte marchande japonaise, alors que le Japon propre est dépourvu de matières premières). Le fossé entre le Japon et ses adversaire est béant: en 1943 les Américains produisent 29 497 chars, les Japonais ... 750 ! Le score s'aggravera encore plus les années suivantes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire