Bienvenue sur le Blog d'Historine

Historine, rassemble chaque vendredi soir de 20 heures à minuit et un week-end par mois (les Rencontres Belliludistes Bordelaises) de 10 heures à minuit à Floirac (banlieue de Bordeaux) des passionnés de jeux d'Histoire, de stratégie et autres jeux de rôles où toute période est discutée et recréée : Antique, Médiéval, Renaissance, Guerre de Sécession, napoléonien, Seconde Guerre Mondiale... le choix est vaste !

Nous organisons également différents tournois nationaux (Flames of War, Fields of Glory, Twilight Struggle, DBA), suivez ce blog pour vous tenir au courant!

Pour nous joindre, vous pouvez utiliser cette adresse mail : bordeaux.historine(@)free.fr ou nous rejoindre sur notre forum

Bon jeu.

Retrouvez nous tous les vendredis soirs!

lundi 21 septembre 2009

Guerre de 7 ans au Canada (1)

Historine s'intéresse à la guerre de 7 ans mais sur le continent Américain ... Voici le premier article d'une petite série ....

Bonne lecture. 

Historique:
A la fin de l'année 1754, l'Angleterre décide d'envoyer des troupes régulières en Amérique pour y soutenir ses colons. Le major-général Braddock à la tête de plusieurs régiments, a pour mission d'occuper les forts français du lac Erié et de l'Ohio. Informé, Louis XV décide l'envoi en Nouvelle-France de 3600 hommes sous les ordres du baron Jean Armand de Dieskau ainsi qu'une grande quantité de matériels et d'armements. Cet envoi de troupes et de provisions diverses est réparti sur les navires d'une escadre de deux divisions respectivement sous les ordres du Comte du Bois de la Motte et de Monsieur Périer de Salvert.


La première destinée à Québec, est composée de neuf vaisseaux et d'une frégate, dont sept vaisseaux sont armés en flûte, c'est à dire que leur armement a été réduit pour leur permettre d'embarquer du fret : l’Entreprenant ; l’Alcide, l'Algonkin, l'Actif, l'Illustre, Le Léopard, le Lys, l'Opiniatre, l'Apollon (navire hôpital) et la frégate La Sirène.


La seconde division, destinée à Louisbourg sur l'Isle Royale, comporte quatre vaisseaux et deux frégates, dont trois vaisseaux et une frégate sont armés en flûte: le Bizarre, le Défenseur, l'Espérance, le Dauphin Royal et les frégates l'Aquilon (navire hôpital) et la Comète.

Les régiments de La Reine, d'Artois, de Bourgogne, de Languedoc, de Guyenne et de Béarn se rendent à Brest au commencement d'avril 1755.


Ils y rejoignent une escadre de 22 vaisseaux de guerre, prête à recevoir les seconds bataillons de ces régiments destinés à passer en Amérique.

 Régiment La Reine

M. de Crémille passe en revue les troupes à leur arrivée et il fait compléter les bataillons destinés au Canada pour former 13 compagnies de 40 hommes chacune dont une de grenadiers.

L'ambiance est confiante ce qui fait écrire le 6 avril à M. de Crémille " .. le régiment de Languedoc vient de suivre parfaitement le bon exemple du régiment de Guyenne dans l'opération que j'ai faite ce matin du complément du second bataillon, il n'y est entré que des soldats de bonne volonté, et il y a même eu bien des contestations pour la préférence qu'ils demandoient tous également."

Régiment Guyenne

Uniforme des troupes destinées au Canada:
A cette occasion les troupes sont équipées de neuf, mais ces nouveaux habits ne doivent être délivrés qu'après leur débarquement à Québec, quand à ceux des officiers il partiront sous forme de drap d'Elbeuf gris blanc , boutons , drap rouge et bleu .. et devront être confectionnés sur place au Canada.

Visiblement dans un souci pratique et économique, peut être pressé par le temps, les uniformes destinés au troupes canadiennes sont sans collet et certaines distinctives modifiées, ce qui fera sans doute co-exister des bataillons restés en France vêtus s le manuscrit de 1757 et des bataillons au Canada vêtus d'uniformes avec des distinctives différentes.

 Régiment Languedoc
Dans l'état général des approvisionnements des six bataillons qui sont embarqués pour le Canada en 1757, l'uniforme des tambours des six régiments Artois, La Reine, Béarn, Bourgogne, Languedoc et Guyenne est identique pour tous les régiments à savoir: habit bleu sans collet avec parements rouges, galonné de la livrée Royale, veste et culotte rouges, le chapeau bordé d'or faux et ce quel que soit la couleur du métal affecté au régiment ou il sert.

 Tambour du régiment Guyenne

Équipement et armement:
Pour ce qui concerne les fusils il ne s'agit pas là d'une réussite, les armes qui leurs sont distribuées sont du modèle 1746 et visiblement mal entretenues et mal conservées dans les arsenaux, elles sont de mauvaise qualité et d'une fiabilité incertaine.

Le baron von Dieskau se plaint de la mauvaise qualité de ces armes fournies aux troupes. Voici ce qu'il écrit dans une lettre du 29 avril 1755 adressée au comte d'Argenson: " les fusils dont que j'ai eu l'honneur de vous rendre compte il y a quelques temps se trouvent de plus en plus mauvais. Cet inconvénient est des plus embarrassants et je n'y vois de remède que celui de nous en envoyer d'autres d'automne prochaine, et s'il était possible, que ce soit des fusils de la nouvelle façon, ainsi que des baguettes, attendu que celles ci cassent comme du verre."


Dans ses mémoires Maures de Malastic officier du régiment de Béarn nous donne la liste de l'équipement de campagne distribué aux troupes servant au Canada :
Du 13 au 15 juillet 1755 le régiment de Béarn qui à rejoint Montréal reçoit en paquetage: un capot de Cadix, une couverture de laine, deux chemises de coton, un brayes, des mitasses, du fil , des aiguilles, une paire de souliers tannés par mois et une livre de tabac, une marmite à chaque officiers, une tente pour quatre, deux par bataillons pour les domestiques et quatre tentes et marmites à chaque compagnie.

Régiment Béarn

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire