Bienvenue sur le Blog d'Historine

Historine, rassemble chaque vendredi soir de 20 heures à minuit et un week-end par mois (les Rencontres Belliludistes Bordelaises) de 10 heures à minuit à Floirac (banlieue de Bordeaux) des passionnés de jeux d'Histoire, de stratégie et autres jeux de rôles où toute période est discutée et recréée : Antique, Médiéval, Renaissance, Guerre de Sécession, napoléonien, Seconde Guerre Mondiale... le choix est vaste !

Nous organisons également différents tournois nationaux (Flames of War, Fields of Glory, Twilight Struggle, DBA), suivez ce blog pour vous tenir au courant!

Pour nous joindre, vous pouvez utiliser cette adresse mail : bordeaux.historine(@)free.fr ou nous rejoindre sur notre forum

Bon jeu.

Retrouvez nous tous les vendredis soirs!

lundi 28 septembre 2009

Guerre de 7 ans au Canada (3)

Historine continue sa petite étude de la Guerre de 7 ans en Nouvelle France. Aujourd'hui, nous nous intéressons aux troupes régulières françaises, aux régiments qui ont combattu (et souvent avec courage et bravoure).
Bonne lecture.

Armée Française au Canada : Les troupes régulières
Les troupes de terre sont composées de soldats professionnels envoyés de France afin de combattre en Amérique. Ceux-ci sont disciplinés et bien entraînés. À Québec, en 1759, ces forces comprennent les seconds bataillons de cinq régiments d'infanterie provenant de différentes régions de France. Chacun de ces régiments a sa propre histoire et un uniforme possédant ses propres caractéristiques.
 

Régiment de la Reine :
Provenance : région de Paris
Durant la guerre de Sept Ans, ce régiment prend part à plusieurs affrontements, dont celui de fort Saint-Frédéric au lac George en septembre 1755, au cours duquel le général Dieskau est blessé. Le régiment de la Reine prend aussi part à la prise du fort Bull et du fort William-Henry et, plus glorieusement, contribue à la victoire française à Carillon en 1758 contre les forces du général Abercromby. Il semble que, contrairement à la pensée populaire, le régiment de la Reine ne participe pas au siège de Québec; il est plutôt envoyé à Carillon en mai 1759 afin de se prémunir contre une éventuelle attaque des Britanniques, puis retiré et envoyé à l'Ile-aux-Noix en juillet de la même année. Le régiment prendra toutefois part à la bataille de Sainte-Foy en 1760.

Régiment de Guyenne :
Provenance : région de Bordeaux
Dès son arrivée en Amérique, le 23 juin 1755, ce régiment est envoyé au fort Frontenac, puis par la suite au fort Niagara. En février 1756, certains de ses hommes participent à la prise du fort Bull en empêchant la communication entre le lac George et Oswego. Le régiment de Guyenne participe ainsi à plusieurs batailles : celle du fort Oswego en août 1756 et celle de la prise de fort William-Henry en 1757. Le régiment se bat aussi à Carillon en 1758, et passe l'hiver posté au même endroit. En mars 1759, une partie des hommes est envoyée au fort Niagara, environ 30 autres à l'Ile-aux-Noix, et le reste se dirige vers Québec pour participer à la défense de la ville. Il prend part à la bataille de Montmorency, à celle des plaines d'Abraham le 13 septembre (les soldats du régiment de Guyenne sont alors placés au centre de la ligne d'attaque) de même qu'à la bataille de Sainte-Foy.


Régiment de Berry  :
Provenance : région du Berry
À l'origine, les 2e et 3e bataillons du régiment de Berry devaient être mobilisés en Inde. Cependant, à la demande de renforts placée par Montcalm et Vaudreuil, la destination du régiment est modifiée : il débarque en Nouvelle-France à la fin de juillet 1757. Les deux bataillons sont postés à Québec. En 1758, le régiment est envoyé à Carillon et contribue à la victoire. À la fin août, le régiment, qui comptait au départ 908 soldats, n'en compte plus que 723 en raison des batailles successives qui sont fatales pour plusieurs. Les soldats restant ne sont pas rapatriés à Québec pour la bataille des Plaines, leurs services étant toujours requis à Carillon. Ils participeront toutefois à la bataille de Sainte-Foy.

Régiment de Béarn  :
Provenance : région de la Picardie
Arrivé en juin 1755 en Nouvelle-France, le régiment de Béarn est envoyé dès le début du mois de juillet au fort Frontenac et, un an plus tard, il contribue à la victoire au fort Oswego, en compagnie des autres régiments, de la milice et des Amérindiens. Après la capitulation des Britanniques, le 14 août, une compagnie est envoyée au fort Bull et une autre au fort William-Henry. L'année suivante, l'unité entière se dirige au fort Carillon, pour ensuite revenir à William-Henry et prendre part à cette bataille. En 1758, le régiment de Béarn participe à la défense du fort Carillon et, en 1759, il est présent lors du siège de Québec, à l'exception de 35 soldats qui sont mobilisés au fort Niagara. Le régiment prend aussi part  à la bataille de Sainte-Foy l'année suivante.

Régiment de La Sarre  :
Provenance : région de Lorraine
Le 2e bataillon du régiment de La Sarre débarque à Québec le 3 juin 1756. Il prend part à la prise du fort Oswego en août de la même année, et escorte jusqu'à Montréal les prisonniers britanniques faits lors de cette bataille. En août 1757, plusieurs soldats du régiment participent à l'affrontement du fort William-Henry. Le régiment assiste ensuite l'armée de Montcalm en 1758 dans la bataille de Carillon. Enfin, le régiment de La Sarre participe aux batailles de Montmorency, des Plaines de même qu'à celle de Sainte-Foy.

Régiment Royal-Roussillon  :
Provenance : région de Perpignan, Roussillon et Catalogne
Arrivé en Nouvelle-France en mai 1756, le régiment de Royal-Roussillon est à l'origine posté à Montréal, à l'exception d'un détachement qui est envoyé à Carillon. En 1757, c'est le régiment en entier qui est mobilisé pour le fort William-Henry. De plus, le régiment prend part, en 1758, à la victoire de Carillon. Il se dirige ensuite vers Québec, pour défendre la ville : il participe ainsi aux batailles de Montmorency, des Plaines et de Sainte-Foy.


Régiment de Languedoc  :
Provenance : région du Languedoc
Ce régiment débarque à Québec le 19 juin 1755. Ses hommes quittent directement pour le fort Saint-Frédéric et, sous les ordres du général Dieskau, repoussent les Britanniques au lac George. Après la bataille, les troupes du régiment de Languedoc se rendent à Carillon où un fort est construit depuis peu. Le régiment se déplace ensuite vers le sud où il prend part à la bataille de fort William-Henry. Le 8 juillet 1758, le 2e bataillon du régiment de Languedoc participe à la bataille de Carillon. En mai 1759, il se rend à Québec où il participe à la défense de la ville : il prend part aux batailles de Montmorency, des Plaines et de Sainte-Foy.

2 commentaires:

  1. Pour en savoir un peu plus sur le 2ième bataillon du régiment de la Sarre en Nouvelle -France consulter les liens suivant:

    http://www.regimentdelasarre.ca/

    http://video.google.ca/videosearch?q=regiment+de+la+sarre&hl=fr&emb=0&aq=f#

    http://www.photojpl.com/blog/2008/09/03/le-regiment-de-la-sarre/

    Pour en savoir un peu plus sur la demande de rapatriement des armoiries royales de France au Québec, consulter le lien suivant:

    http://www.ameriquebec.net/actualites/2009/08/03-rapatriement-des-armoiries-royales-de-france.qc

    Soldat Sanspareil
    2ième bataillon du régiment de la Sarre
    Vive le Roy!

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ces liens qui viennent compléter notre petite étude.
    Dans les prochains jours, nous mettrons en ligne un article sur la bataille du fort Carillon ... bataille où s'illustra le régiment de la Sarre.

    RépondreSupprimer